Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La décision instantanée du conseil scolaire a été prise sans consultation et ne suit pas le processus approprié selon les partisans du programme.

Région de York, ON Le conseil scolaire catholique du district de York prévoit éliminer un programme de langue et culture italienne populaire qui est en cours dans 23 de ses écoles. Les détracteurs déclarent que la décision a été prise sans consulter les familles, les étudiants, les instructeurs, ni le groupe qui soutient le programme depuis plus de 35 ans.

Près de 9 000 étudiants de Vaughan sont actuellement inscrits à des cours de langue italienne, qui sont intégrés au programme scolaire de 23 écoles du conseil scolaire. Ces cours sont soutenus financièrement par le Centro Scuola e Cultura Italiana au coût de 250 000 $ par année.

Le conseil propose de déplacer l’enseignement de ces cours le samedi, sans expliquer comment il compte accueillir 9 000 étudiants pendant la fin de semaine ni comment le succès du programme peut être garanti s’il ne fait pas partie de la journée scolaire normale.

« Nous sommes choqués d’apprendre la décision arbitraire du conseil d’éliminer les cours de langue italienne », a déclaré Elena Di Nardo, présidente des sections locales 2331.01 et 2331.02 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les enseignants des cours d’italien aux écoles du conseil scolaire.

« Comment le directeur de l’éducation peut-il prétendre que c’est une décision juste, prise en connaissance de cause, si elle a été prise sans consultation, discussion ni débat? C’est scandaleux. »

Di Nardo et les enseignants du programme exhortent les parents et les élèves à appeler les fiduciaires et le directeur de l’éducation du conseil scolaire catholique York pour exprimer leurs préoccupations et insister sur un débat public et une discussion à sa prochaine réunion.

« Tout comme il y a des avantages incalculables à apprendre une autre langue, il y a un tort incalculable si un programme comme celui-ci est éliminé si brutalement, des dommages pour les élèves, les parents, les enseignants et pour tous ceux qui souhaitent préserver la langue, la culture et le patrimoine italien », a-t-elle conclu.

Pour plus de renseignements, communiquez avec :

Elena Di Nardo
Présidente, SCFP 2331.01-02
 647-206-0105

Mary Unan
Service des communications du SCFP
 647-390-9839