Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

QUALICUM BEACH – Le conseil municipal de Qualicum Beach a refusé de régler son tout premier conflit de travail. Les pourparlers engagés par les employés municipaux en lockout ont donné lieu à une séance de trois heures du conseil, à huis clos, sans résultat.

Le contrat de travail des 75 membres de la section locale 401 est échu depuis 2013. Le seul point restant en litige est la modeste augmentation salariale de deux pour cent par année que réclame le syndicat, une augmentation qui correspond à ce qu’ont obtenu les employés municipaux des collectivités voisines sur l’île de Vancouver.

« Nous avions fait une offre très raisonnable pour permettre la conclusion d’une entente et d’un retour au travail, mais le maire et son conseil l’ont rejeté », explique le président du SCFP 401, Blaine Gurrie.

M. Gurrie se désole « de l’entêtement et du manque de vision » du conseil municipal, en précisant que le syndicat n’a plus d’autre choix que d’accroître la pression pour forcer la signature d’une entente. « Ce lockout irrite nos membres au plus haut point; ils préféreraient travailler et servir la population de Qualicum Beach. »

« Nos membres sont parmi les travailleurs les plus dévoués du secteur public, souligne M. Gurrie; les expulser ainsi de leur boulot, c’est honteux. » Selon lui, les relations de travail à Qualicum Beach avaient l’habitude d’être exemplaires.

Le SCFP demeure ouvert à reprendre les pourparlers, mais le conseil municipal n’a mis aucune nouvelle séance de négociation au calendrier.

Pour en savoir plus, contactez :

Blaine Gurrie

Président de la section locale 401 du SCFP
 250-714-6150

Murray Bush

Conseiller syndical des communications du SCFP
 778-554-2234