Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) est heureux de constater que le budget fédéral 2016 répare une partie des pires dommages causés par les conservateurs au cours des dix dernières années. Le plus grand syndicat au Canada déplore toutefois que le gouvernement libéral de Justin Trudeau n’est pas jugé bon de se doter d’un plan clair pour renforcer l’économie et venir en aide aux travailleurs.

« La dernière décennie a été particulièrement dure pour les travailleurs. Heureusement, ce budget annule certaines des mesures les plus rétrogrades et les plus mesquines imposées par le gouvernement précédent. Néanmoins, les travailleurs méritent davantage. Ils ont besoin d’un plan pour créer de bons emplois et améliorer les services publics, comme les services de garde, les soins de santé et les régimes de pension gouvernementaux. Pour arrêter l’hémorragie, il faut bien plus que des promesses », a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

Le SCFP est d’accord avec certaines mesures annoncées : les améliorations à l’assurance-emploi, l’introduction de nouvelles mesures pour enfin lutter contre les changements climatiques, l’accroissement des investissements dans les infrastructures et les nouveaux fonds pour améliorer les programmes d’éducation et les systèmes d’approvisionnement en eau potable dans les communautés autochtones.

Le budget passe toutefois sous silence d’autres enjeux cruciaux pour les travailleurs.

« Le budget ne contient pas d’engagement concret à travailler à l’amélioration du système de santé. Le gouvernement libéral ne donne aucun détail sur la façon il entend s’y prendre pour créer plus de place à prix abordable en services de garde », a souligné Mark Hancock.

Même si ramener l’âge d’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse et au Supplément de revenu garanti à 65 ans aidera à éviter que des centaines de milliers de personnes âgées vivent dans la pauvreté, Mark Hancock constate que le budget est vague quant aux améliorations fondamentales nécessaires pour assurer la sécurité financière à la retraite de tous les Canadiens.

« Les Canadiens ne peuvent se contenter des vagues engagements du ministre fédéral des Finances dans le dossier de la bonification du Régime des pensions du Canada (RPC). Les 11 millions de travailleurs qui ne bénéficient pas de régime de retraite au travail doivent avoir l’assurance que le RPC sera amélioré rapidement pour le bénéfice de tous », a noté Mark Hancock.

Bien que ce budget prévoit plus d’argent pour aider les municipalités à réparer leurs infrastructures vieillissantes, le SCFP craint que les libéraux misent encore beaucoup sur la privatisation des infrastructures et des services publics par le truchement des partenariats public-privé (PPP).

« Contrairement aux conservateurs, le gouvernement libéral n’oblige plus les municipalités à privatiser, mais les dés demeurent pipés en faveur des PPP. Rien ne garantit que les milliards de dollars consacrés au financement des infrastructures seront exclusivement investis dans les infrastructures et les services publics et pas dans les PPP qui profitent aux entreprises », a conclu le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury.

Le SCFP publiera bientôt une analyse détaillée du budget fédéral 2016.