Le Syndicat canadien de la fonction public accueille favorablement la législation présentée par le gouvernement fédéral ayant pour effet d’abroger les lois C-377 et C-525.

« C’est une bonne nouvelle pour tous les travailleurs au Canada. Ces lois étaient clairement des attaques politiques contre les syndicats et nous sommes heureux de voir que le nouveau gouvernement a rapidement corrigé la situation. C’est un geste de respect important à l’endroit des syndicats qui sont la voix démocratique des travailleurs », a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

Présentée par l’ancien gouvernement conservateur, la loi C-525 compliquait la tâche aux travailleurs sous juridiction fédérale désireux de se syndiquer. La loi C-377 avait pour objectif d’affaiblir les syndicats en leur imposant des obligations de reddition de compte autant inutiles que punitives.

« En tant qu’organisations démocratiques, le SCFP et tous les autres syndicats canadiens sont déjà redevables envers leurs membres. Les obstacles mis sur notre chemin étant maintenant enlevés, le SCFP et tout le mouvement syndical canadien continuera à défendre les intérêts de ses membres et de tous les travailleurs canadiens », a conclu le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury.