Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

La campagne du SCFP Assez, c’est assez a mis en évidence le gouffre qui sépare les Premières Nations des autres communautés en ce qui a trait à l’accès à l’eau potable au Canada. Menée en partenariat avec l’Assemblée des Premières Nations et la Safe Drinking Water Foundation (Fondation pour une eau potable salubre), la campagne appuie le droit de tous les peuples autochtones de contrôler leurs ressources en eau. L’affiche et la pétition conçues pour cette campagne ont été présentées aux congrès des divisions.

Les travailleurs de la Ville de Nanaimo collaborent avec leurs voisins de la Première Nation Snuneymuxw dans le dossier de l’eau. Grâce à un programme de mentorat innovateur, les travailleurs de la Première Nation accumulent connaissances et expérience en entretien des systèmes d’eau en suivant et en observant les travailleurs des eaux de la section locale 401 du SCFP.

Le 4 octobre, le SCFP s’est joint à l’Association canadienne des femmes autochtones et a participé aux veillées des Soeurs par l’esprit. Ces veillées sont organisées pour commémorer les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, mais aussi pour exiger que justice soit rendue et que la violence s’arrête. Au Manitoba, le SCFP et la régie de la santé d’Opaskwayak ont organisé une veillée émouvante à l’endroit où Helen Betty Osborne a été tuée à The Pas en 1974. Le SCFP a aussi appuyé Tears 4 Justice (Des larmes pour la justice), une marche organisée d’un bout à l’autre du pays pour sensibiliser les gens à la violence contre les femmes et les enfants.

Les membres du SCFP de tout le pays ont participé aux activités d’Idle No More, un mouvement communautaire qui exige le respect des traités signés avec les Autochtones. En janvier, le Conseil autochtone du SCFP-Manitoba a étéinvité à prendre la parole à la plus importante manifestation d’Idle No More, organisée à Winnipeg. La solidarité avec le mouvement s’est aussi exprimée au congrès national avec l’adoption d’une résolution d’appui aux manifestations de la Première Nation Elsipogtog qui lutte contre la fracturation hydraulique et pour un moratoire sur la fracturation sur ses territoires traditionnels.

En juillet, des membres du SCFP ont de nouveau participé aux journées « Retour à Batoche » organisées par la Nation métisse de la Saskatchewan. Cet événement annuel célèbre la culture et l’histoire des Métis. Le SCFP national était l’un des commanditaires de l’événement. Les participants ont aussi pu visiter le kiosque du SCFP.