La croissance et la force des syndicats du Canada et des États-Unis ont aidé à édifier la classe moyenne et les syndicats des deux côtés de la frontière doivent intensifier leurs efforts pour favoriser la justice sociale, tant chez eux qu’ailleurs dans le monde. C’est ce qu’a déclaré Paul Moist, président national du SCFP, au 41e congrès international de l’AFSCME, tenu à Chicago.

L’AFSCME (American Federation of State, City and Municipal Employees) est le plus grand syndicat des États-Unis.  Il compte plus de 1,6 million de membres.  Comme le SCFP, beaucoup de ses membres fournissent des services publics.  Dans le discours qu’il a prononcé au congrès, M. Moist a souligné les relations de longue date qu’entretiennent le SCFP et l’AFSCME et le rôle vital joué par les membres des deux syndicats dans la vie des Canadiens et des Américains.

« Nous sommes de fiers employés du secteur public. Fiers du travail que nous faisons et fiers des collectivités dans lesquelles nous vivons.  Notre vision de la société inclut des services publics de qualité et de bons emplois offrant des salaires acceptables et des régimes de retraite pour tous les travailleurs », a poursuivi M. Moist.

Le SCFP et l’AFSCME doivent relever de nombreux défis similaires, comme la privatisation croissante des services publics et les attaques contre les régimes de retraite du secteur public lancées par des entreprises et des gouvernements de droite.  Soulignant le thème du congrès de l’AFSCME – « Audacieux, braves et déterminés » – M. Moist affirmé que tous les syndicats, qu’ils soient canadiens ou américains, doivent s’en inspirer pour mener des luttes communes.

« Aucun syndicat, incluant le nôtre, ne peut grandir et prospérer en se repliant sur lui-même.  Si nous baissons la tête en espérant que personne ne nous remarquera, nous n’arriverons à rien.  Nous devons nous parler et nous écouter plus attentivement.  Nous devons nous ouvrir vers nos membres et nos alliés.  Nous n’en serons que plus forts et nous nous rapprocherons ainsi de la réalisation de notre vision : édifier un monde meilleur pour tous les travailleurs », a conclu Paul Moist.

Consultez le site du 41e congrès international de l’AFSCME