Winnipeg - Les syndicats qui représentent les travailleuses et travailleurs municipaux de Winnipeg et le personnel administratif, professionnel et de surveillance demandent au maire Bowman de mettre fin aux pratiques de l’ère de Katz consistant à ne pas combler les postes vacants.

« La Ville diminue lentement les effectifs municipaux de Winnipeg », a déclaré Gord Delbridge, président de la section locale 500 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). « Nous devons nous assurer d’avoir suffisamment de travailleuses et travailleurs pour fournir les services nécessaires aux citoyens de Winnipeg, mais le soutien est tout simplement absent. »

Le gel de l’impôt foncier en cours depuis 14 ans, combiné au programme de gestion des postes vacants en cours depuis la même période, empêchent la Ville de fournir ses services efficacement.

« Ce budget met en évidence les 20,9 millions de dollars économisés par les pratiques de gestion des postes vacants », a déclaré Michael Robinson, président de la Winnipeg Association of Public Service Officers, (WAPSO). « Créer un vide aussi important dans la main-d’œuvre municipale ne peut que réduire notre capacité de répondre aux besoins de la population de Winnipeg. »

Les syndicats municipaux de Winnipeg sont disposés à rencontrer les représentants de la Ville pour discuter des initiatives susceptibles d’améliorer les services tout en permettant d’économiser de l’argent. 

« Nous savons que les gens de Winnipeg en ont assez des services municipaux en sous-traitance », a déclaré Delbridge. « Je pense qu’il est temps d’envisager de ramener ces services à l’interne pour améliorer la responsabilisation à l’égard des contribuables et offrir des services fiables. »

« Pour chaque poste laissé vacant, que ce soit aux premières lignes, dans le secteur administratif, ou dans le secteur du soutien, on réduit l’accès du public aux services », a dit Robinson.  « Les économies réalisées par ces pratiques de gestion des postes vacants ne sont pas vraiment des économies. »

Le WAPSO et la section locale 500 du SCFP aimerait que la Ville fasse preuve de leadership en prenant les mesures suivantes :

  • En mettant fin immédiatement au programme de gestion des postes vacants, pour assurer des niveaux de dotation adéquats dans les services de la Ville;
  • En s’engageant à rejeter la sous-traitance ou la privatisation de tous les services municipaux, pour assurer une prestation responsable de services publics de qualité;
  • En s’engageant à ramener à l’interne les services en sous-traitance;
  • En maintenant ou en améliorant le niveau des services municipaux actuellement fournis à la population de Winnipeg, pour veiller à ce que l’accès de nos citoyens aux services dont ils ont besoin ne soit pas compromis par les compressions.

« Lorsque le personnel professionnel, les superviseurs et les travailleuses et travailleurs de la Ville s’unissent, on sait que le problème est important », a déclaré Dave Sauer, président du Conseil du travail de Winnipeg.  « Les travailleurs municipaux de Winnipeg subissent beaucoup de pression pour faire plus avec moins, et le Conseil doit leur offrir son soutien. »

La section locale 500 du SCFP représente environ 4 600 employés municipaux de la Ville de Winnipeg.

Le WAPSO représente environ 800 employés administratifs, professionnels et de surveillance, à la Ville de Winnipeg, au Riverview Health Centre et au Winnipeg Regional Health Authority (WRHA).