Le syndicat qui représente 435 travailleuses et travailleurs en grève de la première ligne, des services administratifs et des services de soutien a demandé aujourd’hui aux politiciens locaux de commencer à poser des « questions difficiles » sur les raisons pour lesquelles la Société d’aide à l’enfance (SAE) de la région de Peel dépense des sommes outrancières pour recruter des briseurs de grève.

« Qu’un organisme qui a déclaré ne pas pouvoir se permettre de négocier des bonifications aux clauses sur la charge de travail puisse ensuite offrir à d’autres plus de deux fois le salaire de ses employés, en plus des frais d’hébergement, de repas et des ‘frais imprévus’, cela dépasse l’entendement », a déclaré Sonia Yung, présidente de la section locale 4914 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Mme Yung a fait ces commentaires à la suite de la publication de comptes rendus hier soir sur le site Web de Brampton Guardian, confirmant que la SAE de Peel offre aux briseurs de grève potentiels des incitations excessives pendant la grève.

« Nos membres gagnent moins de la moitié du salaire horaire que celui que la SAE de Peel offre aux briseurs de grève », a dit Yung, en ajoutant que les membres de la section locale 4914 du SCFP ne s’attendent certainement pas à ce que la SAE de Peel leur paie leurs frais de transport, leur loyer, leurs repas, leur appareil sans fil, en plus de 50 $ d’argent de poche. C’est ce que la SAE de Peel offre aux briseurs de grève, pour ensuite se déclarer pauvre quand on lui dit que nous devons passer un peu plus de temps avec chaque client. »

La section locale 4914 du SCFP a déclenché la grève le 18 septembre, après avoir rejeté ce que les négociateurs de la SAE de Peel ont désigné comme étant leur « offre finale ».

Yung a demandé aux politiciens de la région de Peel de commencer à poser à la SAE de Peel certaines « questions difficiles ».

« Un politicien provincial devrait se demander si verser des sommes outrancières à des briseurs de grève est la meilleure utilisation des fonds publics provinciaux. Un conseiller régional ou municipal, ou un député devrait se demander si ses électeurs obtiennent les soins de qualité auxquels ils ont droit », a dit Yung.