Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

Les employés municipaux de Loyalist Township ont rejeté l’offre « finale » soumise par la direction. Et d’un même élan, ils demandent à leur employeur de retourner à la table de négociation afin d’en arriver à un accord à l’amiable qui permettrait d’éviter toute perturbation des services offerts aux citoyens, annonce le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). 

Le SCFP représente 64 travailleurs municipaux à Loyalist Township et ceux-ci ont rejeté à 90 pour cent l’offre patronale dite « finale » qui leur a été présentée hier soir.

« Nos membres se sont prononcés et ils ont massivement rejeté l’attitude du « c’est à prendre ou à laisser » préconisée par la direction dans cette ronde de négociation », explique le président de la section locale 2150, Alex Scott. Nous sommes unis et nous demandons à l’employeur de retourner à la table de négociation pour avoir une franche et complète discussion sur les enjeux qui demeurent en suspens. Cette approche permettrait d’éviter une perturbation des services offerts à la population. »

Un consultant embauché par la municipalité de Loyalist Township a demandé au ministère du Travail de ne pas instituer de processus de conciliation. Il a agi ainsi dès le premier jour des pourparlers de conciliation. En agissant ainsi, il a déclenché un compte à rebours en vue du déclenchement possible d’un lock-out ou d’une grève qui pourrait avoir lieu le 22 août, à minuit et une minute. La section locale 2150 reste toutefois disposée à négocier pour en arriver à une entente juste et équitable qui évitera de priver les citoyens des services auxquels ils ont droit.  

« Nous sommes surpris de constater que les gestionnaires soient pressés de provoquer un conflit de travail alors que les parties n’ont pas encore eu le temps de discuter au sujet d’un enjeu important comme « les heures de travail », qui affecte la vie et l’équilibre familial des travailleurs. Nous sommes toujours ouverts à discuter des enjeux qui pourraient nous permettre de mieux servir notre communauté et nous sommes déterminés à le faire. Mais pour que cela se produise, nous devons retourner à la table de négociation », rappelle Scott.

Le président de la section locale 2150 « trouve ironique qu’un employeur disant être à la recherche d’une « plus grande flexibilité » et qui se prétend « engagé à fond dans le processus de négociation » se comporte de manière aussi agressive dans les faits ».

« On nous a demandé des changements importants sans prendre la peine d’en discuter sur le fond, et on nous a soumis une offre dite « finale », en plus de déclencher un processus menant à un conflit de travail. Comment l’employeur peut-il prétendre qu’il tente d’aider à la conclusion d’une entente? Nous gardons cependant espoir que la direction changera d’attitude et qu’elle retournera à la table de négociation pour éviter un conflit dont la population fera les frais », plaide Alex Scott.  

Historiquement, la section locale 2150 et le Ville de Loyalist Township ont toujours été capables de conclure des conventions collectives et d’entretenir des relations de travail ouvertes et respectueuses. « Il n’y a aucune raison qui puisse justifier que les deux parties ne puissent s’asseoir à la même table afin de discuter des enjeux de cette négociation et ne puissent conclure une entente à l’amiable. Un changement au sein de l’équipe de direction ne signifie pas que notre historique de relations de travail harmonieuses doive changer. Nos membres ont pour mission de servir la communauté et nous souhaitons continuer à le faire en évitant un inutile conflit entre le syndicat et la direction », de conclure Scott.

Depuis le début, la section locale 2150 demeure ouverte à l’idée de discuter des enjeux qui permettraient d’améliorer les services offerts aux citoyens de Loyalist Township. Et l’équipe de négociation syndicale reste déterminée à y parvenir à la table de négociation. 

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Alex Scott
Président de la section locale 2150 du SCFP
 613-888-4516

Cheri Dobbs
Conseillère syndicale du SCFP
 613-542-8254

James Chai
Service de communication du SCFP
 416-458-3983