Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

COP 21

« Même si nous consolidons notre pouvoir syndical, nous ne serons pas gagnants si notre planète est détruite », a lancé le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury, aux délégués présents au congrès national à Vancouver.

C’est avec ce dur constat en tête que Charles Fleury se rendra à Paris en décembre où se déroulera la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques (COP21). Le SCFP, le Congrès du travail du Canada et d’autres syndicats affiliés participeront à la rencontre organisée par la Confédération syndicale internationale en marge de la COP21.

Au nom du SCFP, Charles Fleury fera valoir la nécessité pour les gouvernements de la planète, y compris le Canada, d’adopter des cibles ambitieuses de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) correspondant au seuil critique recommandé par les scientifiques pour 2020. Selon lui, il ne faut plus se fier à la bonne foi des états : l’accord final doit prévoir un processus obligatoire de révision des engagements pour tous les pays.

« La lutte aux changements climatiques ne doit toutefois se faire sur le dos des travailleurs, des communautés ou des pays en voie de développement. L’accord final doit donc prévoir une transition juste vers une économie sans carbone, notamment des incitatifs financiers pour les pays les plus pauvres », a expliqué Charles Fleury.

Pour le secrétaire-trésorier national du SCFP, la lutte aux changements climatiques est aussi une occasion qu’il faut saisir pour créer de nouveaux emplois verts.

«Le services publics procurent de nombreux emplois verts. Un secteur public et des infrastructures publiques en croissance permettront de réduire les effets des changements climatiques. Les entreprises privées ont créé le problème, les gouvernements et le secteur public doivent faire partie de la solution », a souligné Charles Fleury.

Le SCFP est signataire du manifeste Un grand bond vers l’avant selon lequel la protection de l’environnement, le développement d’une économie et d’une société plus justes vont de pair.

« Nous ferons entendre le message du grand bond haut et fort à Paris », a conclu Charles Fleury.

L’action du SCFP en matière de lutte aux changements climatiques se poursuivra bien au-delà de la COP21. Les délégués présents au dernier congrès national du SCFP ont en effet fait de la protection de la planète l’une des priorités du syndicat pour les deux prochaines années.