Des années successives de coupes au personnel, aux programmes, du nombre de lits, ainsi qu’aux soins aux patients n’auraient jamais eu lieu au North Bay Regional Health Centre (NBRHC) si le gouvernement de l’Ontario finançait ses hôpitaux au même niveau que le reste du Canada, selon un rapport publié aujourd’hui. Le rapport, intitulé Fewer Hands, Less Hospital Care (Moins de mains, moins de soins hospitaliers) compare le financement, le personnel, les soins infirmiers et les réadmissions en Ontario et dans d’autres provinces.

Selon les plus récentes données publiées par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), le rapport démontre que le gouvernement provincial a roulé l’hôpital de North Bay de plus de 81 millions de dollars en financement sur plus de cinq ans. De plus, si les sommes versées par l’Ontario pour financer ses hôpitaux équivalaient à celles des autres provinces, le NBRHC aurait reçu des fonds additionnels de 61 millions de dollars de la province.  « Au lieu de coupes et du massacre des services, l’hôpital de North Bay aurait été en moyens d’investir significativement dans les soins aux
patients », a déclaré Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO/SCFP).

Les données de l’ICIS confirment que le financement du gouvernement de l’Ontario consacré aux hôpitaux est de 1 395,73 $ par habitant. Dans le reste du Canada, à l’exclusion de l’Ontario, on consacre 1 749,69 $, par habitant. En d’autres termes, les gouvernements provinciaux et territoriaux à l’extérieur de l’Ontario dépensent 353,96 $ de plus par personne dans les hôpitaux que l’Ontario. C’est un bond de 25,3 % de plus qu’en Ontario. En Comparaison avec le reste du Canada, le déficit de financement des hôpitaux ontariens s’élève à 4,8 milliards de dollars.

Dans l’ensemble, il y aurait 45 500 employés de plus dans les hôpitaux en Ontario, dont 15 200 d’infirmières, si le financement était comparable à la moyenne du reste du Canada. Le rapport Fewer Hands, Less Hospital Care, démontre que le niveau de financement de l’Ontario correspond à 60 infirmières de moins et à 177 employés de soins de santé de moins pour le NBRHC.

« En Ontario, ce sous-financement correspond à 6 heures de moins de soins infirmiers par patient à notre hôpital et des séjours radicalement raccourcis. North Bay a connu des années successives de coupes en personnel et aux soins prodigués. À financement équivalent à celui des autres provinces, les déficits budgétaires et les coupes auraient été inexistants. En revanche, des fonds auraient été disponibles pour investir davantage dans les soins aux patients », a réitéré Michael Hurley.

Les données de l’ICIS indiquent que les dépenses par habitant dans les hôpitaux ont diminué au cours des trois dernières années et que le financement réel des hôpitaux a été réduit de 10 %. La province de l’Ontario a reculé loin derrière les autres provinces depuis l’élection des libéraux en 2003, en particulier depuis le début du régime d’austérité libéral en 2010.

Cet écart a d’importantes répercussions sur les communautés locales et les patients, selon Hurley. « Des milliers de patients sont refusés dans les hôpitaux ou renvoyés à la maison alors qu’ils sont très malades. Entre temps, la facture est transférée indirectement aux particuliers et leurs familles, forcés à parcourir des centaines de kilomètres pour obtenir un traitement. Nous demandons au gouvernement provincial de financer nos hôpitaux comme la moyenne du reste du Canada. »

Le financement moyen des hôpitaux de l’Ontario pour une population de la taille de North Bay en 2005-2006 était d’environ 2,56 millions de dollars de moins que la moyenne du financement destiné à la même population à l’extérieur de l’Ontario. Cependant, en 2015-2016, le manque de financement pour une population de la taille de la ville de North Bay a explosé à 19 millions de dollars.

Pour plus de renseignements :

Michael Hurley
Président, Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO/SCFP)
 416-884-0770

Stella Yeadon
Communications du SCFP
 416-559-9300