Dans une récente entrevue accordée à un média de North Bay, la première ministre Kathleen Wynne accuse les gestionnaires d’hôpitaux d’être responsables des actuelles coupes dans le personnel et les services, à North Bay comme ailleurs en Ontario. « Elle a tout faux, déplore Michael Hurley, le président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO-SCFP). Le responsable, c’est son gouvernement, avec ses politiques en matière de santé et son sous-financement des hôpitaux. À notre avis, il est inadmissible de se servir des gestionnaires comme boucs émissaires des choix budgétaires du gouvernement ontarien. »

Les ministres de la santé libéraux qui se sont succédé ne se sont pas gênés pour réduire les soins hospitaliers. Depuis l’arrivée des Libéraux au pouvoir, il y a douze ans, le financement des hôpitaux a pris du recul sur les autres provinces. D’ailleurs, depuis plusieurs années, « il accuse un retard marqué sur les hausses de coûts imputables au vieillissement de la population, à la croissance démographique et à l’inflation, précise M. Hurley. Ce financement insuffisant, bien en dessous du coût de fonctionnement réel des hôpitaux, a donné lieu à de graves compressions dans le personnel et les services, à l’hôpital régional de North Bay comme dans plusieurs autres hôpitaux ontariens. Elle est là, la responsabilité première. »

En raison des subventions actuelles, l’hôpital de North Bay a dû retrancher 20 735 000 $ de son budget. Le budget provincial de 2016 majore le financement des hôpitaux (y compris celui de North Bay) d’un pour cent, alors que les coûts grimperont plutôt de quatre pour cent, en raison de l’augmentation du prix des médicaments et des nouvelles technologies médicales. « Il faut donc s’attendre à une nouvelle ronde de compressions, affirme M. Hurley. En faire porter la responsabilité aux gestionnaires de l’hôpital, c’est tout à fait injuste et carrément vicieux. »

Construit en mode partenariat public-privé (PPP), l’hôpital de North Bay est plus dispendieux à exploiter qu’un hôpital ordinaire, selon M. Hurley. Pendant la campagne électorale de 2003, les Libéraux provinciaux avaient promis d’annuler le PPP de North Bay et de faire construire l’hôpital entièrement par l’État. « Ils ont renié cette promesse, sans prévoir une aide spéciale pour couvrir les coûts plus élevés du modèle PPP. Et voilà qu’ils font porter le blâme aux gestionnaires! »

Pour en savoir plus, contactez :

Michael Hurley
Président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO-SCFP)
 416-884-0770

Stella Yeadon
Service des communications du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP)
 416-559-9300