Windsor, Ont – Alors que le conseil de bibliothèque de Windsor a remporté le prix du Conseil de bibliothèque de l’année décerné par l’Association des bibliothèques de l’Ontario, la direction de la Bibliothèque publique de Windsor a coupé court aux négociations, lundi, en demandant au ministère du Travail de lancer le compte à rebours vers une position légale de lock-out ou de grève à compter du 24 mars. C’est ce qu’a fait savoir le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les 62 employés de bibliothèque de Windsor.

« Quelle ironie que ce conseil de bibliothèque a remporté un prix, en janvier, pour sa contribution aux bibliothèques ontariennes !, lance Amanda Meloche, porte-parole du SCFP 2067. À peine deux mois plus tard, sa direction pourrait mettre en lock-out les employés qui aident les usagers à profiter de nos bibliothèques. Lundi, notre syndicat était prêt à négocier pour conclure un contrat de travail équitable qui aurait permis à nos membres de continuer à fournir d’importants services bibliothécaires. Malheureusement, la direction a mis la table pour un arrêt de travail inutile. »

Les bibliothécaires, commis, catalogueurs et employés d’entretien travaillent fièrement dans les neuf succursales de la Bibliothèque publique de Windsor. Leur convention collective est échue depuis le 31 décembre 2015. « Nos membres travaillent très fort pour fournir les services bibliothécaires professionnels que mérite notre communauté, mais ils ont de plus en plus de difficulté à le faire dans un environnement où on ne les respecte pas, explique Suanne Hawkins, conseillère nationale du SCFP. Qu’on pense à la série de scandales qui ont éclaboussé la direction ces dernières années, à la fermeture récente de la succursale South Walkerville ou au manque de respect qui règne sur les lieux de travail, sans oublier cette ronde de négociations toujours plus ardue qui risque de déboucher sur un lock-out. Nos membres sont frustrés et démoralisés, ce qui est fort compréhensible. »

« Nous sommes professionnels et nous exigeons une convention collective équitable qui nous permettra de continuer à servir la population de Windsor, résume Mme Meloche. C’est pourquoi nous pressons notre conseil de bibliothèque primé de justifier ses lauriers en préparant le retour de la direction à la table des négociations avec une attitude respectueuse et conciliante. Reprenons les négociations pour conclure une entente équitable. » Les parties doivent aller en médiation le 23 mars.

Pour en savoir plus, contactez :

Amanda Meloche
Porte-parole du SCFP 2067
 519-817-0555

Suanne Hawkins
Conseillère nationale du SCFP
 226-347-0242

James Chai
Service des communications du SCFP
 905-739-3999