Early warning signs of privatization

Stoppons la privatisation avant qu’elle ne commence. Connaissez les signes avant-coureurs.

Les membres du SCFP sont les yeux et les oreilles dans un système d’alarme rapide qui détecte et bloque la privatisation avant qu’elle ne commence. Comme travailleurs des premières lignes partout au pays, nous sommes bien placés pour repérer les menaces de privatisation sur nos lieux de travail et dans nos milieux de vie. La privatisation se présente sous diverse formes – deux exemples en sont la sous-traitance et les partenariats public-privé (PPP). Peu importe sa forme, la privatisation nuit aux emplois, aux services et aux villes. Connaissez les signes avant coureurs de la privatisation et soyez prêts à agir. Ensemble, nous pouvons stopper la privatisation avant qu’elle ne commence.

Soyez Prêts

L’information et l’organisation des membres sont essentielles à la prévention de la soustraitance, des PPP et des autres formes de privatisation. Votre section locale devrait former un comité de lutte à la privatisation et à la soustraitance pour sensibiliser les membres aux signes avant-coureurs et coordonner la riposte. Tous les membres devraient être en alerte. Votre conseiller syndical est un maillon important dans la création de réseaux et dans les contacts avec le personnel et les ressources nationales en recherche, communication et éducation.

Voici quelques conseils pour repérer les signes avant-coureurs :

  • Développez un réseau solide de membres ou de délégués à votre lieu de travail qui vous permettra de demeurer au fait des projets de votre employeur en gardant un contact régulier avec les superviseurs, les directeurs et les élus locaux.
  • Négociez des clauses de convention collective qui obligent l’employeur à vous informer de tout projet de sous-traitance des services qui sont assurés par vos membres ou qui pourraient l’être. Portez la sous-traitance à l’ordre du jour de toutes les rencontres syndicales-patronales. Vous devriez aussi obtenir de l’information sur les finances et de l’exploitation de l’employeur.
  • Trouvez des bénévoles qui assisteront à tour de rôle à toutes les rencontres publiques de votre employeur (conseil municipal, agence, conseil d’administration, etc.). Quand personne n’est disponible, obtenez l’ordre du jour, le procès-verbal et les rapports et lisez-les attentivement.
  • Intéressez-vous aux déclarations des directeurs et des politiciens dans les médias et lors d’événements publics.
  • Repérez les entrepreneurs déjà actifs à votre lieu de travail et identifiez d’autres tâches qu’ils pourraient vouloir s’approprier. Compilez les problèmes liés à la qualité et à la sécurité du travail fait en sous-traitance et préparez un dossier en vue de ramener ce travail à l’interne et de bloquer tout nouveau projet de privatisation.
  • Connaissez votre ennemi. Obtenez de l’information sur les entreprises qui réalisent des contrats dans votre secteur d’activité ou les consultants qui font la promotion de la privatisation. Abonnez-vous aux mêmes revues de gestion que votre employeur. Surveillez les médias locaux et les débats publics pour savoir qui doit être tenu à l’oeil.

agissez

Les membres du SCFP ont bloqué plusieurs projets de privatisation grâce à une détection précoce et à une action rapide.

Il existe plusieurs façons de se préparer. Voici quelques conseils :

Renforcez votre convention collective. C’est la première ligne de défense contre la privatisation. Connaissez et défendez les clauses en vigueur. Assurez-vous que vous disposez de clauses solides sur la sous-traitance, du droit du successeur ainsi que d’un large champ d’application. Négociez des clauses de retour à l’interne pour les emplois et le travail qui ont été confiés à la sous-traitance.

Développez et renforcez vos réseaux locaux pour communiquer en personne avec chacun de nos membres. Le projet Pour un monde plus juste du SCFP vise à rétablir les liens avec tous nos 630 000 membres. Ce modèle vous aidera à rejoindre rapidement les membres et à accueillir leurs commentaires.

Partagez l’information. Informez les membres des menaces de privatisation et des victoires. Des bulletins d’information, des panneaux d’affichage, des listes courriel ou le site Web de votre section locale sont de bons outils. Consultez le site du SCFP national et de votre division provinciale, vous y trouverez de l’information.

Établissez des relations avec les dirigeants élus et les organisateurs des mouvements communautaires. Ce sont des alliés importants qui apprécieront votre appui. Organisez des rencontres informelles régulières avec des conseillers et fiduciaires. Soyez informé de la façon donc vos représentants élus votent sur les enjeux qui touchent votre lieu de travail et votre section locale.

Soyez branchés. Il est bon que votre section locale soit engagée dans les enjeux et les campagnes communautaires. En démontrant que les enjeux communautaires nous préoccupent et en prenant part aux moyens d’action et aux campagnes, nous contribuons à la visibilité du travail que nous effectuons. Nous préparons aussi le terrain en vue de la création de coalitions locales fortes et nous forgeons les alliances dont nous avons besoin pour défendre les services publics.

Faites la promotion des services publics. Partagez vos idées pour le renforcement des services publics. Nous possédons les connaissances et vous connaissez bien votre travail. Il faut trouver des façons de mettre en évidence la valeur des services publics – et ce que le public risque de perdre si ces services sont privatisés.

Attention

Signes indiquant que votre employeur songe à privatiser :

Révision des services
La révision des services par les employeurs est souvent liée à une recherche d’économies. Qu’il s’agisse de compressions, de restructuration, de fusion, de centralisation des services, d’un recours accru à des bénévoles ou d’autre types de changements, il s’agit d’occasions de privatisation pour l’employeur.

Postes vacants
Lorsque les travailleurs partent et ne sont pas remplacés, il est possible que l’employeur s’apprête à privatiser.

Périodes difficiles
Il faut se méfier des employeurs et des élus qui parlent de compressions budgétaires et de recherche d’économies. Il s’agit d’une invitation faite aux tenants de la privatisation à venir présenter leur proposition, souvent rempli de fausses promesses d’économies.

Concessions
Des demandes à la table de négociation8 de diminutions de salaire, d’avantages sociaux et de sécurité d’emploi peuvent être signe que le service est en attente de privatisation. Les employeurs ont aussi recours à la menace de sous-traitance ou de la privatisation pour arracher les concessions. Les employeurs qui obtiennent des concessions en redemandent et la privatisation peut être mise en oeuvre malgré tout.

Charabia corporatif
Il faut se méfier de la gestion de la qualité totale (GQT) ou des programmes d’amélioration continue (PAC). Il s’agit de façons de faire pour réaliser des économies aux dépens des travailleurs et identifier les services à privatiser. « Diversification des modes de prestation de service », « partenariats public-privé » et « partenariats stratégiques pour l’infrastructure » semblent inoffensifs, mais ce sont des codes signifiant privatisation.

Conférences de promotion de la privatisation
Ces événements sont généralement commandités par les entreprises qui cherchent à obtenir des contrats. Elles sont biaisées de telle façon que l’employeur à l’impression qu’il n’existe aucune solution de rechange à la privatisation.

Des entrepreneurs à votre lieu de travail
La sous-traitance de seulement quelques services peut dégénérer et devenir un problème de taille si rien n’est fait. Assurez-vous que les clauses de votre convention collective sont appliquées.

Des représentants d’entreprise à votre lieu de travail
Si vous remarquez la présence d’inconnus, de vendeurs ou de consultants, cherchez à savoir qui ils rencontrent et pourquoi. Les sociétés d’experts-conseils comme KPMG et PricewaterhouseCoopers font des millions en conseillant aux employeurs du secteur public d’avoir recours à la privatisation tout en travaillant avec des entreprises qui attendent de pouvoir tirer un profit de cette privatisation.