Lou Arab | CUPE Communication

Une loi qui menace la sécurité à la retraite de centaines de milliers d’Albertains a été mise de côté par le gouvernement provincial, du moins pour l’instant.

Après avoir affirmé obstinément pendant des mois que les régimes de retraite du secteur public devaient subir des compressions radicales, le ministre des Finances de l’Alberta a annoncé que les projets de loi 9 et 10 seraient renvoyés à un comité parlementaire pour étude. Le comité tiendra aussi des audiences publiques. Les projets de loi devaient initialement être adoptés ce printemps.

Pour la présidente du SCFP-Alberta Marle Roberts, cette volte-face est due à la persévérance des employés de première ligne du secteur public, qui ont appelé leurs députés, leur ont écrit et les ont rencontrés pour bloquer l’adoption des modifications législatives.

« Depuis le début, nous disons au gouvernement que les changements aux régimes de retraite doivent être négociés et non imposés par une loi. Nos membres ont pris la chose au sérieux et se sont fait entendre », a affirmé Mme Roberts.

S’ils avaient été adoptés, ces projets de loi auraient affaibli la sécurité à la retraite de centaines de milliers d’Albertains en permettant la conversion de régimes de retraite à prestations déterminées modestes, mais stables, en véhicules moins fiables. Ils auraient aussi permis aux employeurs de s’attaquer aux prestations déjà acquises, de réduire l’accessibilité à la retraite
anticipée et d’éliminer la garantie d’indexation des prestations de retraite. 

En plus de présenter le projet de loi 9, qui sabrait les régimes de retraite des employés de première ligne du secteur public, le gouvernement a surpris les observateurs en ajoutant le projet de loi 10, qui permettait aux employeurs du secteur privé de convertir unilatéralement des régimes à prestations déterminées en régimes à prestations « cibles », réduisant ainsi la sécurité des retraités.

Depuis la divulgation de ces projets de loi en septembre, des milliers d’Albertains ont décidé d’en apprendre plus sur la question et ont rendu visite à leurs députés, écrit aux premiers ministres edford et Hancock, signé des pétitions et manifesté devant l’assemblée législative et aux quatre coins de la province.

Dans leur bataille contre ces changements, les travailleurs et les retraités de l’Alberta peuvent compter sur des alliés comme le maire de Calgary, Naheed Nenshi, et l’Association des districts unicipaux et des comtés de l’Alberta. 

La tenue d’audiences publiques sur les projets de loi satisfait Marle Roberts. « Des négociations auraient été préférables. Mais on peut espérer que ce soit le début d’un processus plus respectueux qui accroît la sécurité à la retraite au lieu de l’affaiblir », a-t-elle précisé. 

Et si le gouvernement ne faisait que retarder les compressions? Au cas où, les travailleurs de première ligne ont mémorisé les numéros de téléphone et les courriels de leurs députés locaux.