Le SCFP applaudit le projet de loi C-16 du gouvernement fédéral libéral et prie tous les membres de la Chambre des communes et du Sénat d’en assurer l’adoption immédiate.

Fiers au travail logo avec arc-en-ciel

Le projet de loi C-16 ajoutera l’identité sexuelle et l’expression sexuelle aux motifs de discrimination proscrits par la Loi canadienne sur les droits de la personne. Il amendera aussi le Code criminel pour définir le fait de cibler des personnes en raison de leur identité sexuelle ou de leur expression sexuelle comme un crime haineux.

Cette mesure législative représente un grand pas pour les droits des LGBTTI au Canada, après plusieurs années de dur labeur de la part des défenseurs des droits des transgenres, de l’ex-député néo-démocrate Bill Siksay et de l’actuel député néo-démocrate Randall Garrison.

Au cours de la dernière décennie, le NPD avait tenté de faire adopter ce projet de loi à plusieurs reprises. À la dernière session parlementaire, le projet de loi d’initiative privée C-279 de M. Garrison avait franchi la Chambre des communes pour se retrouver bloqué par les sénateurs conservateurs, qui l’avaient dénaturé en y ajoutant des dispositions transphobes. Ce projet de loi était mort au feuilleton avec le déclenchement des élections.

Le gouvernement a choisi un jour important pour annoncer son projet de loi C-16. La Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie nous rappelle à tous qu’il faut continuer à se battre pour la reconnaissance et la sécurité des personnes LGBTTI au travail comme dans la société.

Les personnes LGBTTI sont constamment victimes de discrimination et de violence. Plusieurs n’ont pas accès aux soins de santé et aux services dont elles ont besoin, ainsi qu’aux lieux publics.

Le SCPF reconnaît que bon nombre de ses membres sont affectés par d’autres formes d’oppression, comme le racisme, le sexisme et la discrimination fondée sur la capacité physique. Le SCFP continuera d’œuvrer pour que ses conventions collectives et ses efforts de mobilisation politique et communautaire tiennent compte du vécu particulier de ses membres LGBTTI et des autres personnes LGBTTI.