KairosLearning

TOURNÉE DE KAIROS AUX PHILIPPINES

En réponse à un appel lancé par les communautés autochtones et non autochtones de Zamboanga del Sur dans le sud des Philippines, le SCFP a participé en juillet 2014 à une tournée dans cette région afin de recueillir de l’information. La vice-présidente substitut à la diversité (Autochtones) au Conseil exécutif national et membre de la section locale 3550, Gloria Lepine, s’est jointe à la délégation canadienne qui s’est rendue dans les communautés autochtones et non autochtones situées près de la mine de l’entreprise canadienne TVI Pacific.

La délégation a exhorté le gouvernement philippin et la Commission nationale sur les peuples autochtones à rendre des comptes pour les lois et les politiques minières qui rendent l’environnement vulnérable au pillage, voire à la destruction irréversible. Elle a aussi demandé au gouvernement canadien d’obliger les sociétés canadiennes actives à l’étranger à respecter les droits de la personne et à préserver l’environnement.

Cette tournée était coordonnée par KAIROS, un organisme de justice sociale regroupant onze églises et organisations religieuses. Elle a été organisée en partenariat avec une délégation philippine composée d’employés d’église, de missionnaires, d’Autochtones et d’étudiants de la région. Des représentants des organisations Mines Alerte et Idle No More ont aussi participé à la tournée.

LIVRAISON D’EAU POUR DETROIT

En juillet 2014, la population de Detroit a accueilli avec joie la livraison de mille litres d’eau publique. Plus de 120 000 citoyens de cette ville vivaient alors une crise marquée par la violation du droit à l’eau et des droits de la personne.

En guise de soutien et de solidarité, le président national du SCFP, Paul Moist, et la présidente nationale du Conseil des Canadiens, Maude Barlow, ont pris la tête d’un convoi qui a fait la route entre Windsor et Detroit pour livrer de l’eau aux citoyens à qui on avait coupé le service.

Le service des eaux de Detroit avait commencé à couper l’eau aux citoyens qui n’avaient pas réglé leur facture d’eau dès avril. Ces arrêts de service touchaient plus de 15 000 ménages. En grave difficulté financière, Detroit a déclaré faillite et bon nombre de ses citoyens ont fui vers la banlieue ou d’autres villes, ce qui a réduit de beaucoup son assiette fiscale et laissé une bonne partie de ses infrastructures d’aqueduc et d’égout à l’abandon. Les gens qui sont restés, surtout des Afro-Américains et des personnes à faible revenu, ont vu la facture de leurs services publics grimper de plus de 119 pour cent en dix ans.

SOLIDARITÉ AVEC NOS AMIS AMÉRICAINS

Le président national du SCFP, Paul Moist, a transmis nos salutations à nos confrères et consœurs du syndicat américain AFSCME, lors du congrès de juillet 2014 à Chicago. L’AFSCME est le plus gros syndicat affilié à l’AFL-CIO. Il représente plus de 1,6 million de travailleurs du secteur public à travers les États-Unis. Plus de 3000 délégués ont participé à l’événement. L’AFSCME et le SCFP collaborent régulièrement. Ils partagent de l’information en matière de mobilisation des membres, de défense des régimes de retraite et de lutte contre la privatisation.

Cette région ne connaîtra pas la paix tant que les agressions perdureront, que le blocus contre gaza sera maintenu et que l’occupation illégale des territoires palestiniens par Israël se poursuivra.

RESPECT DES DROITS DE LA PERSONNE ET DU DROIT HUMANITAIRE INTERNATIONAL À GAZA

En août 2014, le monde a assisté avec horreur à une vague de violence et de destruction qui a causé la mort de 1900 Palestiniens et de 67 Israéliens. Selon le secrétaire général de l’ONU Ban Kimoon, « les tueries de masse et la destruction à Gaza ont choqué et semé la honte sur la planète ».

Le SCFP a demandé au gouvernement canadien d’agir pour faire respecter les droits de la personne et le droit international, notamment en réclamant la fin de cette violence injuste et disproportionnée qu’inflige Israël à la population de Gaza.

Par le biais d’une initiative de secours humanitaire lancée par la Fédération internationale des ouvriers du transport et soutenue par la Confédération syndicale internationale (CSI), le SCFP a collaboré avec des travailleurs du monde entier pour offrir une aide humanitaire d’urgence à la population de Gaza.

L’occupation et le siège de Gaza ont blessé ou tué un grand nombre de civils. Pendant les bombardements, les gens n’avaient nulle  part où se réfugier. Ils ont été privés de fournitures médicales, d’électricité et d’eau potable.

Pour le SCFP, cette région ne connaîtra pas la paix tant que les agressions perdureront, que le blocus contre Gaza sera maintenu et que l’occupation illégale des territoires palestiniens par Israël se poursuivra.

EBOLA

Selon l’Organisation mondiale de  la santé (OMS), même si le nombre de personnes infectées a chuté considérablement, l’épidémie d’Ebola demeure une urgence mondiale en 2015.

Cette épidémie a révélé des faiblesses structurelles et systémiques dans les systèmes de santé de la Guinée, de la Sierra Leone et du Libéria. On aurait pu réduire énormément les conséquences de cette épidémie en investissant dans le système de santé public de ces pays ces dernières décennies, particulièrement au terme des guerres civiles au Libéria et en Sierra Leone. Les mouvements syndicaux local et mondial concentrent leurs efforts sur les problèmes structurels et politiques à long terme, comme le sous-financement du système de santé, les mauvaises conditions de travail, la faiblesse des droits des travailleurs et la couverture inadéquate de l’assurance-maladie.

Le SCFP soutient la Stratégie d’intervention syndicale de l’ISP pour le virus Ebola. Les pressions exercées visent à obtenir une dotation en personnel et une formation adéquates dans le secteur de la santé en Afrique de l’Ouest, ainsi que de meilleures conditions de santé-sécurité dans ce secteur. La reconstruction et l’élargissement des systèmes de santé publics dans la région sont aussi des objectifs de cette stratégie.