Troy Winters  | Santé & sécurité du SCFP

1 FA for every 50 passengers isn't safeLe gouvernement Harper force l’adoption accélérée de règles qui exposeront les agents de bord à un risque accru d’accidents de travail et qui rendront les déplacements par avion moins sécuritaires.

Depuis 2013, Transports Canada accorde aux transporteurs aériens des exemptions qui permettent de réduire le ratio entre agents de bord et passagers. Avant cela, le ministère a toujours refusé les  demandes des transporteurs aériens en ce sens. Ainsi, Sunwing, Air Canada (rouge y compris), Air Transat, Canadian North et Canjet ont donc reçu la permission d’utiliser un ratio d’un agent de bord pour 50 sièges passagers, au lieu du ratio standard d’un agent de bord pour 40 passagers, et ce même si le ministère reconnaît que la nouvelle norme est moins sécuritaire. Depuis que le nouveau ratio est en vigueur, plusieurs agents de bord nous disent que la réduction du personnel ne s’est pas accompagnée d’une réduction de la quantité de travail.

Le SCFP a entrepris une campa­gne et des contestations judiciai­res pour faire annuler les dérogations. « Les agents de bord, ce sont aussi des professionnels de la sécurité. Nous sommes formés pour réagir à toutes les urgences à bord d’un avion. S’il y a moins d’agents de bord dans l’avion, tout le monde à bord court un plus grand risque en cas d’urgence, y compris nos membres. Nous devons absolument remporter cette lutte », a déclaré le président du Syndicat des agents de bord de Sunwing (SCFP 4055), Mark Brancelj. Cette section locale a été la première à contester l’exemption accordée.

En juin, le gouvernement Harper a accordé un cadeau préélectoral estimé à 3 millions de dollars par année aux transporteurs aériens en faisant du ratio d’un agent de bord pour 50 sièges passagers la nouvelle norme officielle. De plus, ce changement à la réglementation n’a même pas été publié dans la Partie I de la Gazette du Canada. Norma­lement, les changements à la réglementation y sont publiés avant leur implémentation afin qu’on puisse recueillir les réactions du public. Le gouvernement a plutôt choisi de forcer l’adoption d’une mesure qui nuit à la sécurité de toutes les personnes à bord, et ce, sans débat.

« C’est inacceptable qu’on adopte ce changement de façon expéditive. On n’a jamais vu des règles pareilles ailleurs dans le monde; elles nuisent à la santé et à la sécurité de nos membres et des passagers. Nous étudions la bonne marche à suivre pour faire annuler ce changement à la norme », a déclaré le président national du SCFP, Paul Moist.

Pour en savoir plus : Consultez notre fiche d’information sur le ratio d’agents de bord.