Message d'avertissement

Attention : cette page est tirée de nos archives. Il se pourrait que notre site Internet contienne des informations plus récentes sur ce sujet. Pour le savoir, utilisez notre moteur de recherche.

En 2013, le SCFP a continué à réclamer avec force la bonification du Régime de pensions du Canada (RPC) et du Régime des rentes du Québec (RRQ). En participant à la campagne du CTC. La sécurité à la retraite pour tous, nous avons interpellé le gouvernement fédéral afin qu’ils mettent en oeuvre cette nécessaire réforme des régimes de retraite. Malgré un consensus provincial et territorial grandissant, malgré les faits immense appui de la population, le gouvernement conservateur à Ottawa continue de s’opposer à la bonification du RPC.

En mars, le SCFP-Québec a intensifié sa lutte pour la sécurité à la retraite. Il a lancé le site cestnotreretraite.com. La campagne de publicité en ligne et à la télévision vise à augmenter l’appui des Québécois à l’amélioration du RRQ. Notre syndicat a aussi défendu les régimes de retraite d’employeur qui sont menacés. Au Québec, le SCFP a contesté les conclusions du rapport D’Amours, un rapport remis au gouvernement provincial qui préconise des changements radicaux aux régimes de retraite. Le SCFP-Québec a en effet fourni des exemples de sections locales qui ont réussi à assurer la viabilité de leurs régimes de retraite par la négociation.

En décembre, le SCFP a déposé une plainte devant la Commission du travail et de l’emploi du Nouveau-Brunswick pour contester les changements imposés au plus important régime de retraite public de la province. Les modifications visent à convertir le régime à prestations déterminées en un modèle qui transfère le risque aux retraités actuels et futurs. Le SCFP contestera les changements devant les tribunaux, car ils enfreignent la Charte canadienne des droits et libertés. Les sections locales du SCFP qui participent au régime invitent le gouvernement provincial à négocier au lieu de légiférer pour imposer des changements qui affecteront leurs 4000 membres.

En Alberta, le gouvernement a proposé une loi qui modifiera unilatéralement le régime de retraite provincial (Local Authorities Pension Plan ou LAPP), une mesure qui touchera près de 27 000 membres du SCFP. Le SCFP s’est allié à d’autres syndicats du secteur public et à la Fédération du travail de l’Alberta pour contester les changements proposés et faire valoir les mérites d’une gouvernance mixte du LAPP.

À Terre-Neuve-et-Labrador, sept sections locales du secteur municipal luttent contre des compressions radicales imposées à leur régime de retraite appelé TRIO. En effet, les membres du conseil d’administration du régime ont unilatéralement décidé de modifier la formule de calcul des prestations de retraite. Les sections locales du SCFP, font pression sur les conseils des sept localités et collaborent avec les administrateurs du régime pour trouver des solutions de rechange.