Logo du SCFP

Triple coup dur pour les conseils scolaires de la N.-É. : des compressions budgétaires de 1,3 % en plus de l’inflation et des hausses salariales

le 10 février 2012 3 h 02
 

TRURO, N.-É.– Selon le président du SCFP-Nouvelle-Écosse, les 4 500 travailleuses et travailleurs des conseils scolaires représentés par son syndicat sont très préoccupés par les compressions budgétaires annoncées aujourd’hui par la ministre de l’Éducation Ramona Jennex.

« Des compressions de 1,3  pour cent ne semblent pas énormes pour la plupart des gens, mais les conseils ont aussi appris qu’ils doivent absorber le coût de l’inflation et de toute hausse salariale accordée à leur employées, explique Danny Cavanagh. Alors nous parlons de beaucoup plus que 1,3 pour cent. »

« L’an dernier, poursuit M. Cavanagh, les conseils scolaires ont dû réduire leurs budgets de 1,65 pour cent.  Résultat : 45 postes ont été éliminés uniquement au conseil de Cape Breton-Victoria, la majorité chez les aides à l’éducation travaillant auprès d’enfants en difficulté. »

« Nous sommes très déçus que le gouvernement provincial impose des compressions au système P-12 pour la deuxième année de suite, a déploré Wilfridine Crowdis, présidente du Conseil des syndicats de conseils scolaires de la Nouvelle-Écosse. Les parents doivent comprendre que cela aura un effet sur les salles de classe et sur les élèves, malgré ce que laisse entendre la ministre. »

« Tous les gouvernements aiment utiliser le mot “restructuration” pour parler de compressions.  Nous invitons les parents à appeler leurs députés – ou à appeler la ministre directement – et à leur faire savoir que les compressions ne sont pas la solution pour notre système scolaire », conclut Mme Crowdis.


Pour en savoir plus :

Danny Cavanagh
Président, SCFP-N.-É.
902 957-0822 (cell.)

Wilfridine Crowdis
Présidente, CSCSNE
902 258-7208 (cell.)

John McCracken
Communications du SCFP
902 455-4180