Logo du SCFP

Un message de fin d'année pour les membres du SCFP de Paul Moist et Charles Fleury

le 22 décembre 2011 1 h 31
 
Un message de fin d'année pour les membres du SCFP de Paul Moist et Charles Fleury - image 0

Consœurs et confrères,

En cette fin de 2011, nous tenons à remercier les militants et les membres du personnel du SCFP pour tout ce qu’ils ont fait au cours de la dernière année au nom de nos quelque 615 000 membres.

L’année qui se termine a connu son lot de victoires et de défis.

Nous avons toutes et tous été dynamisés par l’immense percée réalisée par les néo-démocrates fédéraux sous la gouverne de Jack Layton, qui a permis de remporter plus de 100 sièges et le statut d’opposition officielle. Malheureusement, cette joie a été tempérée par la majorité remportée par Stephen Harper et ses conservateurs, qui nous placent devant quatre longues années de compressions et d’attaques contre les services publics. 

Et, bien sûr, il y a eu la perte tragique du confrère Jack. Lorsque nous lui avons rendu hommage à notre dernier congrès national, il était difficile de ne pas imaginer ce qui aurait pu se passer si nous ne l’avions pas perdu si tôt.

Au niveau provincial, le NPD a été réélu pour une quatrième fois de suite au Manitoba et notre parti a amélioré sa performance en Ontario et à Terre-Neuve-et-Labrador. À ces élections, des membres du SCFP ont été candidats et d’innombrables autres ont agi comme bénévoles. Nous les en remercions sincèrement.

Les membres du SCFP étaient à des centaines de tables de négociations en 2011, et ce dans un contexte très difficile. Certains ont dû ériger des piquets de grève. Mais avec l’appui de tous les autres membres du SCFP, par l’entremise de notre Caisse nationale de grève, ils ont pu obtenir des règlements équitables.

Le gouvernement Harper n’a pas tardé à faire sentir la force de sa majorité. Il a aboli le registre des armes d’épaule et a mis fin au système de comptoir de vente unique de la Commission canadienne du blé, malgré l’opposition d’une majorité des producteurs de céréales de l’ouest. Le SCFP a aussi été la cible de ses attaques. Les droits de nos agents de bord d’Air Canada ont été foulés aux pieds avec des menaces inutiles et injustifiées de loi de retour au travail. En outre, tout indique que le budget fédéral de 2012 en sera un de restrictions. Nous nous engageons à appuyer nos consœurs et confrères de l’AFPC qui ripostent contre ces compressions.

L’un des événements les plus marquants de l’année a sans doute été le mouvement « Occupons Wall Street », qui a attiré une attention bien nécessaire sur l’écart grandissant entre riches et pauvres, tant ici au Canada qu’ailleurs dans le monde. 

Depuis 25 ans, les salaires réels sont restés au même niveau au Canada, pendant que les profits des banques et des grandes entreprises grimpaient en flèche. Les riches deviennent vraiment plus riches tandis que les salaires moyens des travailleurs diminuent, sans parler de la disparition de programmes sociaux dont tous les citoyens ont besoin et qu’ils méritent. 

Notre objectif doit être de nous aligner avec toutes les forces progressistes pour continuer de nous opposer à une économie basée sur la cupidité. Nous devons défendre le droit de tous les travailleurs à un salaire de subsistance, à une retraite sûre et à des services publics de qualité.     

La nouvelle année promet d’être bien remplie pour le SCFP. Plus de la moitié de nos sections locales sont aux tables de négociation. À Toronto, la plus grande ville du pays, les services publics et nos membres font face à des attaques sans précédent et il est important qu’ils puissent compter sur l’appui de l’ensemble de notre syndicat. 

Le système de santé du Canada est aussi menacé. En effet, le gouvernement Harper veut réduire son engagement financier en limitant les paiements de péréquation, ce qui rendra notre pays moins égalitaire. Nous devons joindre nos forces à celles de tous ceux qui croient que notre système de santé public et tous les services publics valent qu’on se batte pour eux.

En terminant, nous voulons assurer l’appui de notre syndicat national à tous les membres et à tout le personnel, que ce soit aux tables de négociations ou dans les collectivités. Grâce au travail quotidien des membres du SCFP, le Canada est un pays où il fait bon vivre. Nous devons renouveler notre engagement à défendre des services publics de qualité tant au pays qu’ailleurs dans le monde.

Nous vous transmettons nos meilleurs vœux et vous souhaitons une bonne et heureuse année 2012. Merci encore pour votre dévouement indéfectible à l’égard de l’important travail de notre syndicat.
 

En toute solidarité,

Paul et Charles