VICTORIA (C.-B.) – Malgré les pressions économiques et politiques, le SCFP continue de réaliser des gains en Colombie-Britannique comme à travers le pays. C’est ce qu’ont affirmé, vendredi, les secrétaires-trésoriers national et britanno-colombien devant les congressistes.

« Les membres du SCFP font face à de nombreuses problématiques, qu’on pense aux attaques contre la négociation, à la baisse du taux de syndicalisation et aux gels budgétaires, a admis le secrétaire-trésorier national du SCFP, Charles Fleury. Or, nous savons quoi faire pour gagner ; nous savons comment nous mobiliser pour résister aux attaques. »

Renforcer l’ensemble du syndicat

M. Fleury a fait le point sur les modifications récemment adoptées à la caisse de grève, ainsi que sur les travaux du Groupe de travail sur la caisse nationale de grève. Ce groupe se penche sur les moyens dont dispose le SCFP pour protéger la caisse et améliorer le soutien aux grévistes.

En outre, M. Fleury a souligné le rôle des délégués syndicaux, « l’un des plus importants dans notre syndicat », rôle qu’il s’est engagé à soutenir et à mentorer. Il a aussi réitéré l’engagement du SCFP à lutter contre les changements climatiques en faisant des milieux de travail SCFP des chefs de file en matière de technologie verte.

« L’heure est à l’action, a-t-il lancé. Il faut étudier sérieusement les mesures que peut prendre le SCFP pour lutter contre les changements climatiques. Il faut agir tous ensemble et tout faire en notre pouvoir pour trouver des idées et des solutions. »

Dans la prochaine année, le bureau du secrétaire-trésorier national s’intéressera aussi aux rapports des fiduciaires. M. Fleury a encouragé les sections locales à produire leurs rapports de fiduciaires afin d’améliorer la reddition de comptes au sein du syndicat.

Relever les défis

Dans son premier rapport au congrès, le secrétaire-trésorier du SCFP-C.-B., Trevor Davies, a souligné l’exemple qu’ont donné ses prédécesseurs, la diligence avec laquelle les fiduciaires étudient les états financiers vérifiés, ainsi que l’excellence du travail du personnel financier et administratif qui tient les finances du SCFP-C.-B à flot en cette période difficile.

Selon M. Davies, le soutien à la grève des enseignants britanno-colombiens, aux moyens de pression des sections locales 2262 à Castlegar et 402-01 à White Rock, ainsi qu’à la section locale 7000 pendant le lock-out chez Southern Rail ont eu de fortes répercussions sur la caisse de défense. Ces campagnes ont coûté en tout 2,9 millions de dollars, dont 500 000 $ ont été financés par la vente d’investissements.

« Aujourd’hui, a-t-il expliqué, nous avons atteint notre objectif numéro un en faisant passer le financement de la Caisse de défense au-dessus du seuil de 750 000 $ pour la contribution. L’avoir net est de 1 001 862 $ et il continue de croître. »

M. Davies a souligné que les récentes pertes d’emplois ont fait diminuer l’effectif du SCFP-C.-B. « Ce sont nos sections locales du secteur de l’éducation qui ont encaissé l’essentiel de ces pertes. Il faut donc se battre tous ensemble pour un système d’éducation bien financé. » L’auditoire a accueilli cette dernière phrase par de vifs applaudissements.