Logo du SCFP

Rapport du Président National - Septembre 2008 à Decembre 2008

le 12 mai 2009 1 h 30
 

Consœurs et confrères,

L’automne a encore une fois été particulièrement rempli pour le personnel et les militants du SCFP.

Le Canada a vécu ses troisièmes élections fédérales en quatre ans. Et, à cause de son arrogante idéologie de droite, le gouvernement Harper a failli tomber (voir plus loin dans le rapport).

Le système financier américain s’est effondré, entraînant le monde entier en récession. Après un été plutôt tranquille, les membres du SCFP de deux provinces se sont une fois de plus retrouvés aux piquets de grève pour défendre les services publics et assurer l’équité pour nos membres.

Au milieu de tous ces bouleversements, l’espoir a vaincu la peur avec l’élection du sénateur démocrate Barak Obama à la présidence des États-Unis. C’est un moment historique, une barrière raciale qui tombe et des millions de personnes partout dans le monde qui recommencent à espérer la paix et un leadership intègre à Washington.

Le président élu Obama hérite d’un désastre financier et d’une série d’autres défis. Mais il a su motiver les travailleurs, les jeunes et des millions d’autres en menant une campagne sans précédent en faveur du changement aux États-Unis, et nous lui souhaitons bonne chance.

Pendant la période visée par le présent rapport, des élections locales et municipales ont eu lieu en Nouvelle-Écosse et en Colombie-Britannique et les membres du SCFP, qui y ont joué un rôle très actif, ont réussi à faire élire plusieurs candidats appuyés par le mouvement syndical. Au Québec, le gouvernement Charest a été réélu avec une majorité. Sur une note plus positive, le PQ a fait bonne figure et est redevenu l’opposition officielle.

À l’unanimité, la Cour d’appel de l’Ontario a affirmé que la loi accorde aux travailleurs agricoles le droit de se syndiquer, une décision fondée sur l’arrêt de 2007 de la Cour suprême qui jugeait que la négociation collective est un droit protégé par la constitution.

Des milliers de nos membres se sont réunis en conférences et en congrès cet automne, nous avons joué un rôle actif à des centaines de tables de négociation et le SCFP est toujours aux premières lignes de la lutte contre la privatisation et les PPP.

Nous avons récemment mis à l’essai notre nouveau cours sur l’environnement et nos rojets d’éducation en ligne commencent à démarrer.

Et, au milieu de toute cette effervescence, nous disons au revoir à plusieurs employés et militants qui servent notre syndicat depuis des décennies. Nous remercions ces consœur s et confrères pour l’incroyable contribution qu’ils ont apportée à notre organisation.

Enfin, nous vous remercions vous, les militants et membres de notre personnel, pour votre militantisme et votre engagement sans réserve envers le mieux-être de nos membres et l’édification d’un monde meilleur.

1. Élections fédérales, économie et énoncé économique

Le 14 octobre 2008, les Canadiens ont voté pour la troisième fois en quatre ans et, pour la troisième fois de suite, un gouvernement minoritaire a été élu.

Notre syndicat s’est joint au Congrès du travail du Canada pour appuyer le NPD. Au Québec, par l’entremise de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, nous avons appuyé le Bloc Québécois. Tant le Bloc que le NPD ont accru le nombre de leurs sièges, mais les conservateurs de Stephen Harper ont repris le pouvoir, bien que leur gouvernement soit minoritaire.

Il ne s’est pas passé grand chose au cours des trois premières semaines de la campagne électorale, ce qui n’est pas étonnant puisque la majorité des citoyens ne voulaient pas de ces élections que Stephen Harper a concoctées en contravention directe de sa propre loi sur les élections à date fixe.

La crise financière aux États-Unis et le resserrement du crédit ont jeté l’économie et la majeure partie de la planète en récession et c’est là que le vent a tourné. La plupart des Canadiens n’ont pas apprécié que le premier ministre affirme que tout allait bien au Canada, à tel point qu’il n’envisageait pas de déficit et qu’il croyait même que les gens pouvaient faire de bonnes aubaines en achetant des actions pendant cette période. Cette insensibilité, combinée à la réduction du financement destiné à la culture et aux mesures prises pour « punir sévèrement le crime », a coûté cher à Stephen Harper au Québec, où sa percée tant attendue ne s’est pas matérialisée.

Contrairement à ceux des années 60 et 70, les gouvernements minoritaires de cette décennie n’ont pas été favorables aux travailleurs. L’exécutif du CTC et notre Comité exécutif national ont rencontré le chef du NPD, Jack Layton, après les élections et l’ont incité à travailler avec le Bloc et à continuer à mettre de l’avant des enjeux comme l’assurance-maladie publique, les garderies et le soutien aux pauvres et aux chômeurs au moment où notre pays se dirige vers une récession.

À la fin de novembre, dans son énoncé économique, le gouvernement Harper a choisi de s’en prendre aux travailleurs fédéraux en proposant de leur enlever le droit de grève. Les conservateurs ont aussi proposé de mettre un terme au financement public des partis politiques, un enjeu qu’ils n’avaient pas abordé dans la campagne électorale.

Mais surtout, pendant que le reste du monde occidental adopte des mesures de stimulation pour faire face à l’effondrement de l’économie, Stephen Harper a décidé de ne suggérer aucune mesure de cet ordre et a plutôt choisi de sabrer dans les dépenses.

Les trois partis d’opposition se sont alors unis pour faire tomber le gouvernement en présentant un gouvernement de coalition libéral-néo-démocrate. Cette initiative a été le début d’une semaine comme nous n’en avons jamais vues en politique fédérale.

Le SCFP s’est joint au CTC et à de nombreux groupes communautaires pour appuyer le gouvernement de coalition. Les partis d’opposition représentent la volonté de plus de 60 % de l’électorat.

Stephen Harper a échappé à la catastrophe qu’il avait lui-même causée en prorogeant le Parlement, avec le consentement de la gouverneure-générale.

Le Parlement rouvrira à la fin de janvier pour la présentation du budget. Le CTC élaborera un programme qui présentera clairement les priorités des travailleurs.

À l’heure actuelle, on ne sait pas avec certitude comment réagira l’opposition. Ce qui est clair, c’est que Stephen Harper a très bien compris que s’il gouverne sans tenir compte de l’opposition, comme s’il était majoritaire, il devra en subir les conséquences.

Nous devons continuer à travailler avec le mouvement syndical, les groupes de la société civile et nos alliés politiques.

Sur le front de l’économie, notre Conseil exécutif national a beaucoup discuté, à sa réunion de septembre, du ralentissement économique et de ses effets sur les négociations et nos rapports avec les gouvernements d’un bout à l’autre du Canada.

Plus généralement, et en collaboration avec le CTC, nous avons demandé à notre gouvernement fédéral et aux autres administrations d’accorder la priorité aux gens dans la gestion de l’économie pendant la récession. Nous avons aussi demandé ce qui suit :

  • La « re-réglementation » de l’industrie financière pour protéger les placements et les retraites des Canadiens moyens.
  • Une réponse proactive au ralentissement économique. Les gouvernements doivent maintenir et étendre les services publics pour protéger les familles et éviter une chute encore plus prononcée de l’économie.
  • Un financement accru pour reconstruire notre infrastructure publique, en mettant l’accent sur l’efficacité énergétique, l’énergie renouvelable et les investissements verts; des stratégies pour rebâtir les industries et investir dans les soutiens destinés aux gens.

 

(Voir notre déclaration complète ici.)

Bien que certains coins du pays, comme les petites collectivités frappées par les fermetures d’usines, vivent dans des conditions proches de la récession depuis un certain temps déjà, nous n’avons pas connu de récession nationale depuis plus de 15 ans. Il est indéniable que nous aurons des défis à relever aux tables de négociation, mais nous sommes prêts à mener ces luttes. Nos finances sont solides et les membres du SCFP sont plus solidaires que jamais.

Je crois également qu’il est essentiel d’appuyer nos consœurs et confrères des autres syndicats. Le secteur manufacturier du Canada a beaucoup souffert ces dernières années. En effet, 400 000 emplois sont disparus, et ce n’est pas fini. Des dizaines de milliers de familles et leurs communautés ont été dévastées par ces pertes d’emplois. Ces travailleurs et leurs collectivités ont besoin de notre soutien.

2. Licenciements chez Air Canada

Au début de juillet, Air Canada annonçait le licenciement de plus de 600 agents de bord, dans le cadre d’une initiative pour réduire ses effectifs et contrer les effets de la montée historique du prix du pétrole (depuis cette décision, le prix est revenu à des niveaux que nous n’avons pas vus depuis des années).

La composante d’Air Canada du SCFP a réagi rapidement. Après l’annonce de la fermeture des bases de Halifax et de Winnipeg et le licenciement d’environ 300 agents de bord de Vancouver, ces membres ont organisé, avec des centaines de militants du SCFP, des rassemblements et d’autres moyens d’action partout au Canada.

Notre personnel et nos militants chez Air Canada ont préparé leur propre étude de viabilité des bases lorsqu’Air Canada a refusé de publier l’étude qui justifiait, selon la société, les licenciements. Les agents de bord ont aussi fait du lobbying auprès des élus fédéraux, provinciaux et locaux.

Notre appui le plus solide est venu du gouvernement néo-démocrate de Gary Doer. À la fin d’octobre, le Manitoba a annoncé qu’il intentait une poursuite au motif que la fermeture de la base de Winnipeg contrevenait à la loi fédérale.

Le 1er novembre, la compagnie aérienne fermait les bases de Winnipeg et Halifax. Mais la lutte n’est pas finie et nous continuerons à exiger qu’Air Canada reprenne ses esprits. Ces mesures de restriction ont mis en colère tous les agents de bord du SCFP et elles auront certainement pour effet de faire monter les enchères aux négociations collectives de 2009.

3. Grèves et lock-outs

 

PROVINCE

 

S. locale

 

EMPLOYEUR

 

Nbre de MEMBRES

 

DÉBUT

 

DURÉE

 

Î.-P.-É.

 

501

 

Ville de Charlottetown

 

5

 

17 oct.

 

27 jours

 

Ontario

 

3903

 

Université York

 

3 200

 

6 nov.

 

 

 

Section locale 501 (travailleurs des eaux usées de Charlottetown)

Nos cinq membres au service de la Ville de Charlottetown, sans contrat de travail depuis décembre 2006, ont déclenché la grève le 17 octobre pour appuyer leurs demandes.

Après 27 jours aux piquets de grève, les membres ont réglé le conflit en atteignant tous leurs objectifs sur le plan des salaires, des rajustements et des avantages sociaux. J’ai eu le privilège de participer à un rassemblement dynamique à Charlottetown le 24 octobre et je tiens à remercier toutes les sections locales de l’Î.-P-É. qui sont venues appuyer ces membres. Je félicite aussi le conseiller syndical, le confrère Bill McKinnon, ainsi que l’équipe de négociation, qui ont fait du bon travail.

Section locale 3903 (professeurs à contrat, chargés de cours et assistants d’enseignement des 2e et 3e cycles de l’Université York)

Le 6 novembre 2008, nos 3 200 membres de l’Université York ont déclenché la grève pour appuyer leurs revendications contractuelles.

Comme beaucoup d’autres travailleurs d’université au Canada, nos membres de l’Université York ont subi des compressions et des restrictions au cours de la dernière décennie. Les points en litige incluent les salaires et les avantages sociaux et le désir d’obtenir une convention collective de deux ans pour s’aligner avec les autres sections locales universitaires de l’Ontario en vue des négociations coordonnées de 2010.

N’hésitez pas à visiter le site Web de la section locale 3903 du SCFP pour appuyer ce courageux groupe de travailleurs.

4. Recrutement

Le personnel de l’organisation de tout le pays s’est réuni à Ottawa pour discuter et échanger de l’information sur les stratégies de recrutement et d’autres sujets. Un nouveau module de formation des membres-organisateurs a été étudié. Le module devrait être prêt à utiliser dans les régions très bientôt.

Entre le 1er septembre et le 30 novembre, nos effectifs se sont accrus d’environ 2000 membres.

Les efforts dans la région de Terre-Neuve-et-Labrador ont porté sur les votes d’allégeance tenus dans la foulée de la restructuration du secteur des soins de santé. Les premiers votes ont eu lieu dans la région ouest, en octobre, et le SCFP les a remportés, accueillant 700 nouveaux membres, à qui nous souhaitons la bienvenue. En décembre, des votes ont été tenus dans la région nord et, au moment de rédiger le présent rapport, le décompte n’avait pas encore eu lieu.

En Nouvelle-Écosse les efforts déployés pour syndiquer le secteur des garderies se poursuivent avec deux campagnes actives en cours. Lorsque les négociations d’une première convention collective seront terminées pour trois groupes nouvellement accrédités, nous intensifierons notre travail dans ce secteur.

Bienvenue aux 110 travailleurs des soins de longue durée de Parkland Clayton Park qui ont décidé de se joindre au SCFP.

Dans la région du Nouveau-Brunswick nous menons activement un certain nombre de campagnes de syndicalisation dans le secteur des foyers de soins infirmiers et dans le secteur du soutien à domicile. La possibilité d’une restructuration des soins de santé au Nouveau-Brunswick est préoccupante et la planification d’une campagne de sensibilisation est en cours. La campagne informera le public et les membres des effets potentiels de la restructuration de la privatisation.

Les membres-organisateurs continuent à faire du recrutement à l’ Î.-P.-É.Des plans sont en cours pour tenir des assemblées publiques dans toute la province afin de convaincre des travailleurs de se joindre au SCFP.

Dans la région du Québec, les efforts se poursuivent pour syndiquer les travailleurs des secteurs des municipalités, du transport en commun et du transport aérien. À l’heure actuelle, nous avons trois demandes devant la Commission des relations du travail du Québec et, si elles sont acceptées, nous accueillerons 200 nouveaux membres.

La FTQ et la CSN ont récemment signé un pacte de non-maraudage qui leur permttra de collaborer à la syndicalisation des lieux de travail non syndiqués.

Dans la région de l’Ontario, 32 projets de recrutement sont en cours dans tous les secteurs. Certains commencent à peine, pendant que d’autres en sont déjà à la signature de cartes.

Pendant la période en question, nous avons recruté neuf groupes dans les soins de longue durée, les soins de santé, les conseils scolaires, les municipalités et les garderies. Nous souhaitons la bienvenue à ces 700 nouveaux membres au SCFP.

Les efforts de recrutement dans la région du Manitoba portent maintenant sur l’exploration et le suivi de possibilités dans les secteurs des écoles, du soutien personnel, des services sociaux et des municipalités. En outre, le Manitoba poursuivra ses efforts de syndicalisation interne en déterminant les lacunes et en contestant les dispositions qui ne s’appliquent pas aux syndicats dans les accréditations existantes.

Dans la région de la Saskatchewan, nous en appelons d’une décision du président de la CRT qui n’a pas inclus les membres non syndiqués dans nos sections locales fusionnées nouvellement accréditées du secteur de l’éducation, même si 86 % des cartes ont été signées. Nous nous préparons donc à mener une campagne de recrutement en cas d’échec de notre appel.

En Alberta, dix campagnes actives sont en cours dans les secteurs des services sociaux, de l’éducation, des soins de longue durée et des soins de santé. Nous avons remporté les votes tenus au musée de Red Deer et au détachement de la GRC de la Ville de St. Albert.

Nous craignons de perdre de membres dans la foulée de la restructuration du secteur des soins de santé et de celui des soins de longue durée.

Neuf projets actifs sont en cours en Colombie-Britannique.La plupart des projets en sont à leurs débuts et, si nous remportons les votes, nous accueillerons un grand nombre de nouveaux membres au SCFP. Pendant la période visée par le présent rapport, nous avons reçu des accréditations pour 76 nouveaux membres au centre des loisirs de Chilliwack Landing.

 

Les efforts de recrutement entrepris par le SEH à l’automne ont porté leurs fruits et beaucoup de ces nouveaux membres travaillent pour des fournisseurs de services de soutien et de soins en sous-traitance.

5. Conférences nationales et rencontres sectorielles

 

  • Conférence nationale sur la santé et la sécurité, du 23 au 26 octobre 2008 – St. John’s, T.-N.-L.

 

Près de 500 militants et membres du personnel – sans conteste la plus grande participation de notre histoire – étaient à la 10e Conférence nationale du SCFP sur la santé et la sécurité, tenue dans la magnifique ville de St. John’s. Je tiens à remercier le confrère Wayne Lucas et tous les membres du SCFP de Terre-Neuve-et-Labrador qui nous ont si chaleureusement accueillis à cette toute première conférence organisée dans la province de Terre-Neuve-et-Labrador.

La conférence, intitulée « De la survie au succès », a permis de comprendre les progrès réalisés au fil des ans, d’en apprendre plus sur les victoires remportées et de présenter des recommandations sur ce que nous devons faire de plus pour améliorer la santé et la sécurité de nos membres. La solidarité internationale, la privatisation et les menaces que représentent le harcèlement, l’intimidation, la violence, la grippe pandémique et l’amiante ont été parmi les sujets débattus par les délégués, qui ont discuté des moyens à prendre pour changer les choses un peu plus chaque jour.

 

  • Rencontre sectorielle de la Société canadienne du sang, du 26 au 28 octobre 2008 – Ottawa, Ont.

 

Les travailleurs de la SCS représentés par le SCFP, le Syndicat national des employées et employés généraux du secteur public (SNEGSP) et le Nova Scotia Union of Public and Private Employees (NSUPE), ont tenu à Ottawa leur deuxième rencontre pour discuter de préoccupations communes avec leur employeur, la Société canadienne du sang.

Ce groupe de sections locales a entretenu un réseau de communication très actif depuis sa première rencontre, en 2005. Les membres partagent tant de défis de négociation et de relations syndicales-patronales que l’employeur est incapable de les dresser les uns contre les autres. Pendant la rencontre, ils ont discuté de sécurité du sang, de modèles de gestion d’entreprise dans une organisation sans but lucratif et de stratégies à mettre en œuvre pour sensibiliser la population à leurs enjeux.

 

  • Conférence des travailleurs des bibliothèques de l’ouest, du 2 au 4 octobre 2008, Vancouver, C.-B.

 

La toute première rencontre des travailleurs des bibliothèques de l’ouest du Canada a eu lieu à Vancouver en octobre.

L’auteur David Chariandy était l’un des conférenciers invités. Il a défendu l’importance des bibliothèques publiques pour toutes les collectivités. Il a remercié les bibliothécaires de la principale succursale de la bibliothèque de Vancouver qui l’ont soutenu lorsqu’il a écrit son tout premier roman, « Soucouyant ».

Le confrère Claude Généreux s’est aussi adressé aux délégués. Les ateliers ont porté sur la santé et la sécurité, l’alphabétisation et l’approche communautaire.

 

  • Conférence nationale sur les négociations pour l’égalité des femmes, du 10 au 13 février 2009 – Montréal, Qué.

 

Cette conférence offre une occasion en or aux sections locales de donner vie aux objectifs énoncés par le Groupe de travail national sur la participation des femmes en 2007 – s’appuyer sur les négociations pour promouvoir l’égalité des femmes et fixer des objectifs atteignables dans les enjeux de négociations propres aux femmes. Des discussions de groupe aborderont les questions d’égalité et de renforcement à la table de négociation et des ateliers permettront d’élaborer des stratégies en matière de salaires, d’avantages sociaux, de régimes de retraite, de conciliation famille-travail, de sécurité d’emploi et de violence. Vous pouvez vous inscrire en ligne ici.

 

  • Allons-y fort! La première rencontre nationale des conseils scolaires, du 2 au 4 mars 2009 – Regina, Sask.

 

Les militants, le personnel et les dirigeants élus des sections locales du secteur des conseils scolaires se préparent à créer des liens, à réussir et à se dépasser (unis, inspirés, gagnants). Cette rencontre sera le lieu idéal pour échanger, établir des priorités et élaborer des stratégies de collaboration et de promotion des revendications de nos membres dans cet important secteur. Vous pouvez vous inscrire en ligne ici.

6. Le point sur la privatisation

Comme nous l’avons mentionné, notre syndicat est toujours au cœur de l’action dans la lutte contre toutes les formes de privatisation partout au pays.

Voici quelques exemples des combats que nous avons menés contre la privatisation au cours de la période visée par le présent rapport :

  • Pendant les élections fédérales, nous avons rendu public l’appel en vertu de l’ALÉNA interjeté par Melvin Howard, entrepreneur de l’Arizona, qui exige 4 millions de dollars en indemnisation et 150 millions de dollars de dommages pour perte de profits parce qu’il n’a pas réussi à mettre la main sur un pan du système public de soins de santé de la Colombie-Britannique.
  • Le vérificateur général de l’Ontario a rendu publiques dernièrement les conclusions d’une enquête très attendue sur la construction et le financement de l’hôpital en PPP de Brampton, en Ontario. Son rapport condamne le projet, qui aurait pu coûter 50 millions de dollars de moins s’il n’avait pas été construit par le secteur privé. On aurait également pu économiser 200 millions de dollars pendant la durée du contrat du PPP.
  • Le débat sur l’eau embouteillée fait des vagues au Canada. Certaines municipalités interdisent l’utilisation d’eau embouteillée dans leurs édifices municipaux. Le confrère Danny Cavanagh, président du SCFP de la Nouvelle-Écosse, a attiré l’attention des médias lorsqu’il a exigé que le gouvernement de la Nouvelle-Écosse interdise l’eau embouteillée dans les écoles et autres édifices publics.
  • Le confrère D’Arcy Lanovaz, président du SCFP-Alberta, a parlé publiquement de la société retenue par le gouvernement albertain pour construire 18 écoles en PPP. La société, Brown & Babcock, a connu des difficultés financières. Aux États-Unis, Bloomberg News l’a placée au troisième rang des pires entreprises de l’indice boursier mondial MCSI, derrière Fanny Mae et Freddy Mac!
  • Le confrère Sid Ryan, président du SCFP-Ontario, a dénoncé le projet de loi 77 de sa province, qui permettra aux familles d’adultes souffrant de troubles du développement d’engager leurs propres fournisseurs de soins, affaiblissant ainsi une structure d’organismes communautaires déjà sous-financés en Ontario.
  • La FTQ et la CSN, déposeront sous peu devant la Cour supérieure un recours pour faire déclarer nul et ultra vires le règlement sur les cliniques médicales spécialisées par le gouvernement Charest. Ce règlement qui entrerait en vigueur au début de janvier, autoriserait les cliniques privées à pratiquer n’importe quel traitement dispensé sous anesthésie générale ou régionale, rendant le Québec une des provinces les plus avancées en matière de oins de santé à deux vitesses.
  • À Edmonton, la section locale 30 a réussi à convaincre le conseil municipal de reconsidérer un projet de transfert des usines de traitement des eaux usées de la ville à EPCOR, un service public municipal qui fonctionne comme une entreprise privée. La section locale 500, qui représente les travailleurs des eaux usées de la Ville de Winnipeg, a de son côté persuadé le conseil municipal de tenir des audiences publiques sur une proposition semblable.
  • Le SCFP du Nouveau-Brunswick a tenu une conférence très réussie sur les PPP à Saint-Jean, à la mi-octobre. Plus de 200 délégués et membres du personnel de 5 provinces ont assisté à la conférence. Maude Barlow, présidente du Conseil des Canadiens, Dexter Whitfield, du Royaume-Uni, et le professeur John Loxley de l’Université du Manitoba y ont pris la parole.
  • Le SCFP-Saskatchewan et le SCFP-Manitoba ont organisé des conférences de solidarité auxquelles ont participé des membres de tous les secteurs dans leurs provinces respectives; la privatisation et les moyens à prendre pour y riposter ont été parmi les sujets abordés.
  •  

    Ce qui précède n’est qu’un bref aperçu des nombreuses luttes et campagnes d’information que nous menons sur le front de la privatisation. J’en profite pour vous féliciter, vous les membres de notre personnel et nos militants, pour votre excellent travail. Vous faites vraiment des choses incroyables pour nos membres.

    Au cours des dernières semaines, il est devenu évident que la crise financière et le resserrement du crédit qui en est le corollaire ont rendu des projets de PPP déjà douteux encore moins attrayants. La Ville de Vancouver a dû renflouer, à hauteur de 100 millions de dollars, le consortium privé qui construit le village olympique des jeux de 2010. Nous avons toujours soutenu que ces plans privés coûtent plus cher, mais ils semblent encore plus déraisonnables maintenant avec le resserrement du crédit.

    Je vous incite à envoyer vos membres suivre les ateliers et les cours sur la privatisation offerts par le syndicat dans vos régions. En savoir plus sur les PPP et sur ce que nous pouvons faire pour y résister est le premier pas vers la réussite que nous souhaitons tous pour cette priorité fondamentale établie au congrès national.

    7. Rapports des régions, services et divisions

    Terre-Neuve-et-Labrador

    La section locale 488 du SCFP a remporté le premier de trois votes d’allégeance prévus chez les travailleurs de soutien de la santé, une majorité ayant opté pour le SCFP. Nous accueillons autour de 700 nouveaux membres avec ce vote.

    Les résultats du scrutin dans la région du nord ne sont pas encore sortis, car le vote a été retardé par le mauvais temps.

    Un vote aura lieu dans la région centrale de la province au début de la nouvelle année. J’ai pu faire campagne pour ces deux premiers scrutins et je tiens à saluer la consœur Donna Ryan, vice-présidente régionale, ainsi que tous nos dirigeants élus, militants et membres du personnel qui ont tant travaillé pour ces importants votes d’allégeance.

    Nouvelle-Écosse

    Les Néo-Écossais sont allés aux urnes le 18 octobre pour les élections municipales et scolaires, et 11 membres du SCFP sur 21 qui s’étaient présentés ont été élus. J’ai transmis nos remerciements à tous ces militants qui ont défendu les services publics et leurs collectivités.

    Le SCFP de la Nouvelle-Écosse continue de dénoncer tous les projets de PPP proposés par le gouvernement provincial. Tous s’attendent à des élections provinciales en 2009 et le NPD, favori dans les sondages, pourrait former le tout premier gouvernement néo-démocrate de l’histoire de la Nouvelle-Écosse.

    Île-du-Prince-Édouard

    Comme je l’ai mentionné ci-dessus, les sections locales du SCFP de toute l’Î.-P.-É. ont soutenu sans réserve nos membres de la section locale 501, travailleurs des eaux usées de Charlottetown, qui ont mis fin avec succès à une grève de 27 jours en décrochant une convention collective de trois ans.

    La campagne « Keep Our Manors Public » du conseil de la santé du SCFP-Î.-P.-É., qui a travaillé en étroite collaboration avec ses syndicats affiliés de la province, a abouti à une grande victoire. En effet, le gouvernement Ghiz a annoncé, le 28 novembre, que les cinq nouveaux foyers de soins infirmiers de la province ne seraient pas construits en PPP, mais bien selon le modèle conventionnel – le gouvernement construira, possédera et exploitera ces établissements. Félicitations à tous ceux et celles qui ont participé à cette campagne!

    Le SCFP de l’Î.-P.-É. a organisé une excellente réunion de tous les présidents au début de décembre. Ce rassemblement de dirigeants de haut niveau a permis de discuter de défis et de planification pour 2009.

    Nouveau-Brunswick

    Comme je l’ai souligné précédemment, le SCFP-N.-B. a tenu sa toute première conférence sur les PPP, qui a connu un vif succès, avec plus de 200 délégués et membres du personnel présents à Saint-Jean.

    À la mi-novembre, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a avisé la section locale 1251 du SCFP de son intention d’éliminer 38 postes de conseillers aux ressources humaines. Les membres ont entrepris une campagne de lobbying auprès de leurs députés respectifs et tiennent des rencontres avec les principaux ministres pour tenter d’annuler cette décision. Il s’agit clairement d’une lutte contre la privatisation, car le gouvernement veut confier les services en sous-traitance à des fournisseurs privés.

    Québec

    Le premier ministre Jean Charest a déclenché des élections surprise tout de suite après les élections fédérales d’octobre. Félicitations au confrère Mathieu Travesky, membre de la section locale 4820 du SCFP, qui a remporté le vote dans la circonscription de Terrebonne et qui parlera fort au nom des travailleurs à l’Assemblée nationale!

    Le congrès bisannuel du Conseil provincial du secteur universitaire a eu lieu les 7, 8, 9 et 10 octobre 2008, à Victoriaville, sous le thème Les multiples visages du privé.

    La section locale 1500 (Hydro-Québec) a organisé un excellent symposium de deux jours sur l’énergie éolienne. Il s’agit d’un dossier considérable, car presque toutes les provinces ont des projets en cours et tous ont été confiés à des entreprises privées.

    Dans le secteur municipal, dix-sept conventions collectives ont été conclues depuis le mois de septembre. Les enjeux principaux sont l’amélioration des salaires et la protection du pouvoir d’achat. Près de la moitié des conventions collectives nouvellement conclues comportent des clauses de protection des salaires en relation à l’inflation. En plus le secteur continu à établir une tendance d’ententes de longue durée, soit de quatre-cinq ans.

    Le 15 décembre, la Commission des relations du travail (CRT) a jugé que Quebecor-Sun Media s’était rendue coupable de violations du Code du travail dans le conflit au Journal de Québec en ayant immédiatement recours à des briseurs de grève dès le début du lock-out pour continuer à publier. Il s’agit d’une très douce victoire pour nos membres du Journal de Québec et pour tous les travailleurs!

    Ontario

    La section locale 503 du SCFP (Ville d’Ottawa) a dénoncé les restrictions imposées par la Ville et le projet de licenciement de 500 travailleurs. La section locale a organisé, de concert avec le SCFP-Ontario, un concert pour promouvoir les services publics auquel plus de 4 000 personnes ont assisté le 1er novembre.

    Dans le secteur des conseils scolaires, les négociations sur les enjeux locaux se sont achevées avec succès. En tout, 107 tables étaient ouvertes cet automne après la conclusion, à l’été, d’une entente à l’échelle de la province, et leur date-butoir était le 30 novembre. Il reste une première convention collective non réglée et, dans ce cas, la date-butoir a été prolongée jusqu’au 19 décembre. Je félicite les membres de notre personnel et nos militants pour les efforts incroyables qu’ils ont déployés dans les négociations pour nos 50 000 travailleurs de soutien de l’éducation de tout l’Ontario.

    Le SCFP-Ontario a organisé sa toute première conférence sur les métiers en novembre, ainsi qu’une excellente conférence des femmes à laquelle ont participé quelque 160 militantes au début de décembre. La conférence portait sur la violence envers les femmes et l’émotion était palpable lorsque les déléguées ont participé à une cérémonie de commémoration du 6 décembre et écouté des conférencières dynamiques. Les déléguées ont aussi fait des liens clairs entre la violence envers les femmes et les compressions économiques imposées par le gouvernement Harper.

    Manitoba

    Le SCFP-Manitoba a tenu sa première conférence sur la solidarité à la mi-novembre. Des militants de tous les secteurs s’y sont réunis pour édifier l’appui aux campagnes anti-privatisation et aux négociations.

    La section locale 500 continue à lutter contre un conseil municipal de droite dont les derniers projets incluent la création d’une usine autonome de distribution de l’eau et l’étude d’un modèle de PPP pour les très nécessaires mises à niveau à l’usine de traitement des eaux usées. Les négociations provinciales menées au nom de 12 000 membres du secteur de la santé sont presque terminées.

    Saskatchewan

    La 4e Conférence sur la solidarité du SCFP-Saskatchewan a eu lieu à Saskatoon au début de novembre. La conférencière invitée, l’auteure Irshad Manji, a enthousiasmé les délégués lorsqu’elle a pris la parole à l’occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU.

    Le conseil scolaire de Saskatoon songe à construire la première école en PPP de la province. Notre syndicat a dénoncé ce projet et le gouvernement provincial l’a reporté pour étude.

    Plus de 12 500 membres du secteur de la santé sont en négociations et celles-ci promettent d’être difficiles. La nouvelle loi sur les services essentiels a refroidi les ardeurs en matière de négociation. Au lieu de négocier une convention collective pour les membres, le Conseil de la santé du SCFP-Saskatchewan a dû négocier une entente sur les services essentiels. Les employeurs ont proposé qu’environ 95 % des travailleurs de la santé membres du SCFP soient désignés essentiels, ce qui, dans les faits, nous retire notre droit de grève.

    Les effets de la nouvelle loi sur les services essentiels se font maintenant sentir. Dans les cinq régions sanitaires, l’employeur a proposé que 95 % des employés soient désignés essentiels, y compris des catégories comme les bibliothécaires et les muscothérapeutes. Bien entendu, cela crée des difficultés à la table de négociation.

    Alberta

    Comme je l’ai dit au début de mon rapport, le SCFP-Alberta continue à dénoncer les projets de construction de 18 écoles en PPP proposés par le gouvernement provincial.

    Dans le secteur municipal, la Ville d’Edmonton a mis sur la glace son projet de transfert des services d’eau à Epcor, sa succursale privée des eaux.

    Nous collaborons avec d’autres syndicats pour empêcher la province de modifier la structure du Régime de retraite des autorités locales (Local Authorities Pension Plan) auquel adhèrent la plupart de nos membres dans la province.

    Colombie-Britannique

    Le SCFP de la Colombie-Britannique a été très pris par la coordination des activités électorales locales dans toute la province. Aux élections du 15 novembre, les candidats appuyés par le mouvement syndical ont tous été élus, y compris à la mairie de la Ville de Vancouver. Ce résultat incroyable témoigne de l’efficacité des efforts déployés par des centaines de militants de nos sections locales municipales à Vancouver.

    Vingt-deux membres du SCFP ont été élus aux conseils municipaux et aux conseils scolaires de la province, dont l’ancienne membre du SCFP et secrétaire-trésorière du SCFP-C.-B. Colleen Jordan, réélue à un troisième mandat de conseillère à Burnaby.

    Le personnel et les militants du SCFP résistent toujours à diverses activités de PPP dans la province, dont la plupart sont pilotées par le gouvernement Campbell. Des élections provinciales sont prévues pour le 12 mai 2009. Le NPD a remporté deux importantes élections partielles en octobre et il semble que les comtés seront âprement disputés aux élections du printemps prochain.

    Nous offrons nos condoléances à la famille du confrère Ollie O’Rourke, qui a perdu la vie au travail cet automne. Il était membre de la section locale 7000 du SCFP.

    Syndicat des employés d’hôpitaux (SEH)

    Le SEH a tenu son congrès biennal à Vancouver la première semaine de novembre. Les délégués et bon nombre d’entre nous en avons profité pour dire au revoir et merci au confrère Fred Muzin, qui a quitté la présidence du SEH après 15 ans.

    Le confrère Muzin a siégé à notre Conseil exécutif national pendant 13 ans et a toujours solidement appuyé les autres régions ainsi que les enjeux d’égalité sociale et de justice dans le monde. Nous lui souhaitons bonne chance.

    Nous félicitons le confrère Ken Robinson, élu président du SEH, ainsi que les consœurs Donisa Bernardo, réélue au poste de secrétaire-trésorière, et Judy Darcy, reconduite dans ses fonctions de secrétaire et directrice des affaires du SEH.

    Le SEH se concentre présentement sur les négociations avec Sodexho, Aramark et Compass qui emploient des milliers de membres du SEH dans le secteur de la santé.

    Division du transport aérien

    Toutes nos sections locales du transport aérien et leurs composantes ont des conventions collectives, mais des négociations sont prévues avec Air Canada en 2009. Malgré la turbulence économique, Canjet et Cathay Pacific continuent à croître. Nos membres chez Cathay Pacific échangent de l’information avec leurs collègues des États-Unis et d’autres pays d’Europe et contribuent à la syndicalisation dans ces pays.

    Au nom de nos sections locales d’Air Canada, merci à tous ceux et celles qui ont pu participer aux rassemblements organisés cet été et aux moyens d’action en ligne entrepris pour faire pression sur le gouvernement fédéral.

    8. Notes personnelles et In memoriam

    Au nom de l’ensemble de notre syndicat, j’offre mes sincères condoléances au confrère Kealey Cummings, dont la conjointe Fran est décédée le 20 octobre.

    Quelques-uns de nos retraités sont décédés dernièrement. Le confrère Hubert Elkin, 5 septembre; le confrère Leonard Stair, 8 décembre; le confrère John King, 10 décembre; et la consœur Linda Dumbleton, 12 décembre. Mes sincères condoléances aux membres de leurs familles.

    J’aimerais également offrir mes condoléances et mon soutien à la consœur Tracey Beastall, membre du Manitoba de notre Conseil exécutif national, dont le mari Richard est mort subitement le 24 novembre. Nos pensées vous accompagnent.

    Enfin, nous avons été consternés et attristés d’apprendre, le 18 décembre, le décès soudain du confrère Barry Doyle, agent principal à notre Service de santé et de sécurité du bureau national. Âgé d’à peine 41 ans, le confère Barry était un champion des droits des travailleurs d’un bout à l’autre du pays. Son sourire chaleureux et sa gentillesse nous manqueront à tous.

    Dernièrement, j’ai écrit à Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens, afin de la féliciter pour sa nomination au poste de conseillère principale dans les dossiers de l’eau à l’ONU. À mon avis, personne n’est mieux préparé ni plus apte qu’elle à défendre notre droit à l’eau publique.

    Merci à la consœur Anne Didier qui a aidé l’Internationale des services publics (ISP) à offrir, comme promis à ses affiliés, des séminaires sur l’évaluation des emplois. La consœur Didier rentre tout juste du Botswana.

    Je tiens à souligner le départ à la retraite de deux présidentes de section locale : la consœur Judith Mongrain (section locale 87, Ville de Thunder Bay), et la consœur Val Hartling (section locale 2316, Société d’aide à l’enfance de Toronto). Ces deux consœurs incarnent l’essence même du SCFP. Militantes dévouées depuis de très nombreuses années, elles ont fait preuve d’un leadership qui a dépassé la sphère de leur section locale. Judith et Val, au nom de tout le syndicat, merci et bonne chance.

    Un autre pilier de notre organisation nous a annoncé qu’elle avait accepté de relever de nouveaux défis avec un autre syndicat. À la fin de l’année, la consœur Morna Ballantyne (directrice générale du développement syndical) quittera le SCFP pour se joindre à l’Alliance de la fonction publique du Canada.

    Les liens de la consœur Morna avec le SCFP durent depuis plus de trois décennies, comme membre militante et, depuis 20 ans, comme membre du personnel. Morna nous manquera terriblement et, au nom de notre syndicat, je vous remercie, consœur, pour votre extraordinaire contribution à l’édification de la force des membres de la base au SCFP. Nous vous souhaitons beaucoup de bonheur dans vos nouvelles fonctions.

    J’aimerais aussi remercier les membres du personnel du SCFP qui ont annoncé leur retraite. Ces confrères et consœur ont beaucoup donné au fil des ans et nous leur souhaitons une longue et heureuse retraite :

    • Le confrère Jamie McPherson, bureau régional de la C.-B. (1er juillet 2008)
    • Le confrère Gilles Laplante, bureau régional du Québec (1er janvier 2009)
    • Le confrère Donn Stanley, bureau régional de la C.-B. (1er janvier 2009)
    • La consœur Suzanne Monier, bureau régional du Québec (1er janvier 2009)
    • La consœur Odette Martel, bureau régional du Québec (1er mars 2009)
    • La consœur Diane Veilleux, bureau régional du Québec (1er mars 2009)

     

    En terminant, je veux vous remercier pour l’appui que vous avez apporté à la section locale 175 du SCEP. Depuis 12 mois, un peu plus de 200 travailleurs de Petro-Canada étaient en lock-out à Montréal. Ils sont membres du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP). Leur employeur, qui a engrangé des profits de quelque 9 milliards de dollars depuis cinq ans, refusait le modèle de règlement obtenu par les membres du SCEP au service de Petro-Canada dans d’autres provinces.

    La situation était difficile pour ces travailleurs, mais ils ont refusé à 80 % la dernière offre de la société en octobre. Le SCFP a appuyé l’appel au boycottage national de Petro-Canada lancé par le CTC. C’est la solidarité du mouvement syndical qui a permis de remporter cette victoire. Le 23 décembre 2008, la section locale a ratifié une convention qui répondait à ses exigences.

    Je vous souhaite un joyeux temps des Fêtes qui, je l’espère, vous permettra de profiter de la présence de votre famille et de vos amis. Et, comme toujours, je vous remercie pour votre militantisme et pour les nombreux efforts que vous déployez constamment au nom des 570 000 membres que nous avons le privilège de représenter.

    Je vous prie de recevoir, consœurs et confrères, mes salutations solidaires.

    Le président national,

    PAUL MOIST

    :nr/sepb491