1983 – 1992

Les oracles avaient prédit que la décennie serait celle du déclin et de la fin des syndicats du secteur public. 

Le SCFP a montré qu’ils se trompaient. 

Les années 80 ont été une époque d’excès et d’extrêmes. La course aux armements de la guerre froide a connu une escalade, puis a pris fin.  Les ordinateurs ont rendu le monde plus rapide et l’Internet l’a rendu plus petit.

Le président Jeff Rose savait que bon nombre des batailles les plus importantes d’un syndicat devaient être menées dans l’arène politique. Jean Claude Laniel collaborait avec Jeff Rose à titre de secrétaire-trésorier.

Le SCFP est passé en mode campagne avec la conférence « Manières de gagner » en 1987. Ville après ville, les sections locales du SCFP ont convaincu les conseils municipaux de ne pas sous-traiter les services et de commencer à rapatrier le travail à l’interne.

Les manifestations ont déferlé sur le pays.  Le SCFP a riposté sur tous les fronts, se joignant entre autres à une campagne nationale en faveur de garderies sans but lucratif de qualité et lançant la campagne « Justice dans les airs » (Air Fair), contre la déréglementation.

Une loi antisyndicale adoptée en Colombie-Britannique a poussé un quart de million de travailleurs à débrayer en 1987.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a tenté de passer outre à des conventions collectives signées en 1982.  Une grève illégale de huit jours menée par le SCFP l’a obligé à reculer.

En 1984, la campagne « À la défense du SCFP » a commencé à offrir aux membres une formation en militantisme communautaire. Cinq ans plus tard, plus de 3 000 membres, dont plus de la moitié étaient des femmes, avaient reçu leur diplôme.

En Ontario, 70 000 travailleurs d’hôpitaux ont obtenu un régime de retraite à fiducie conjointe.

Nous avons lancé la Division du transport aérien en 1984 lorsque 7 000 membres de l’Association canadienne du personnel de cabine des lignes aériennes ont voté en faveur de la fusion avec le SCFP.

Le SCFP a créé, en 1984, un jour consacré au souvenir des travailleurs tués ou blessés au travail. Aujourd’hui, le Jour national de deuil pour les travailleurs tués ou blessés au travail est observé partout dans le monde, le 28 avril.

La première conférence sur l’équité salariale organisée par le syndicat en 1986 a intégré la question de l’équité au cœur des enjeux de négociation au SCFP.

Le SCFP a immédiatement amorcé une campagne contre la discrimination et a créé la Direction de l’accès à l’égalité.

Enfin, le SCFP a été un pionnier de la lutte syndicale pour l’égalité des membres LGBT. De la reconnaissance de la famille aux prestations de conjoint survivant, le syndicat s’est battu devant les tribunaux et à la table de négociation.